Le groupe français d'ingénierie et services liés à l'énergie a fait état le 28 juillet d'un résultat net en hausse de 30 % au premier semestre 2022 par rapport à la même pétriode de l’an dernier mais la sortie progressive du projet Arctic LNG2 fait fondre son carnet de commandes sur la période.

Au premier semestre, Technip Energies a dégagé un bénéfice net de 131,5 M€, en croissance de 30 % sur un an pour 3,267 Md€ de chiffre d'affaires (+ 0,7 %).

« La bonne exécution de notre carnet de commandes génère une rentabilité supérieure à nos prévisions initiales, ce qui nous conduit à revaloriser nos perspectives de marge pour l'ensemble de l'année », a indiqué le directeur général du groupe Arnaud Pieton, cité dans le communiqué.

Le carnet de commandes au premier semestre est pourtant en retrait de 23 %, à 13,44 Md€ alors qu’il doit rayer d’un trrait les deux milliards d'euros liés au projet Arctic LNG 2 pour se conformer aux sanctions décidés par l’UE en réaction à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. « Nous avons suspendu la large majorité des travaux, et le processus de sortie prendra probablement plusieurs mois en raison des termes du contrat et la taille inhérente du projet », a-t-il ajouté.

Deux contrats pour des projets de capture et de stockage du carbone

Le groupe, issu d'une scission du groupe franco-américain TechnipFMC (15 000 personnes) maintient néanmoins sa prévision pour 2022 d'un chiffre d'affaires de 5 à 5,5 Md€, hors contribution du projet Arctic LNG 2.

Lors du deuxième trimestre, il a notamment engrangé un contrat ingénierie, fourniture des équipements, construction (EPC) de Hafslund Oslo Celsio pour un projet de capture et de stockage du carbone dans une usine de transformation des déchets en énergie en Norvège. Il a en outre été retenu pour l'extension de la capture et du stockage du carbone dans l'usine ExxonMobil de LaBarge, aux États-Unis.

La rédaction