Le terrible typhon Muifa, qui frappe violemment la côte Est de la Chine, a été fatal à la toute nouvelle unité flottante de production, de stockage et de déchargement (FPSO) une semaine après la fin de sa construction par China Cosco Shipping Heavy Industry à Qidong.

Long de 70 m pour une largeur de 54 m et une profondeur de 31,5 m, Le FPSO N999 Tortue a été balayé par la puissance des vents de plus de 160 km/h dans le sillage du passage du typhon Muifa. Les amarres se sont rompues et ont ont fait dériver le méthanier flottant. 

L’unité flottante de production, de stockage et de déchargement (FPSO) avait fait l’objet d’une cérémonie le 9 septembre en présence de dirigeants de BP, l’opérateur, et TechnipFMC, qui avait emporté en 2018 un contrat d’avant-projet détaillé puis en 2019 le contrat d’EPCI (ingénierie, fourniture des équipements, construction et installation). Une transaction d’un montant compris entre 500 millions et un milliard de dollars, avait alors fait valoir l’entreprise née de la fusion du français Technip et de l’américain FMC

Amarré au quai du chantier dans l'estuaire du fleuve Yangtsé, à environ 30 km au nord de Shanghai, le FPSO N999 Tortue, dédié au projet Greater Tortue Ahmeyim (GTA) de la compagnie pétrolière britannique , au large de la frontière maritime entre la Mauritanie et le Sénégal, devait produire ses premiers volumes de GNL au troisième trimestre 2023 et effectuer ses premiers chargements au quatrième trimestre. La phase initiale du projet Greater Tortue Ahmeyim devait produire en moyenne 2,5 millions de tonnes par an de gaz naturel.

Ampleur des dégâts ?

Le développement du champ, dont la découverte revient à Kosmos Energy, partenaire de BP dans ce projet, est situé sur le bloc C-8 au large des côtes de la Mauritanie et du bloc Saint-Louis Profond au large du Sénégal. 

Selon le schéma prévu, les exploitants des quatre premiers puits du champ gazier produisent du gaz à partir d’une infrastructure sous-marine. Le gaz est ensuite acheminé via des conduites de production vers le FPSO, situé à 80 km de la côte, où il est traité, puis envoyé via une conduite jusqu'au terminal de l'unité flottante de gaz naturel liquéfié (FLNG) installé au large de la côté, où il est liquéfié.

Les opérations sont en cours pour « permettre au navire de revenir sur le quai », a indiqué Cosco, sans plus de précisions sur l’ampleur des dégâts.

A.D.