Alors que l’opérateur néerlandais vient de mettre à l’eau son troisième souteur, le Flex Fueler 002 positionné à Anvers, Titan LNG a lancé un appel d'offres pour le développement d'un avitailleur disposant de deux cuves bien distinctes, pour le GNL et pour le biogaz. 

Titan LNG va tambour battant. À peine vient-il de mettre en service à Anvers son troisième avitailleur de GNL, le Flex Fueler 002 (70 m de long, capacité de 1 500 m³, qu’il pense à un nouveau souteur. Le Flex Fueler 002, construit par Kooiman Marine –, avait été livré fin novembre 2020 à Titan LNG. C’est à l’occasion du lancement ces derniers jours de sa nouvelle unité que l’opérateur néerlandais avait annoncé son intention de proposer « prochainement » le bio-GNL avant de pouvoir un jour proposer le GNL propre produit à partir d'hydrogène vert. Anvers entend aussi se placer dans les perspectives offertes par le bio-GNL et le GNL synthétique.

La nouvelle barge d'avitaillement, nommée Titan Krios (en référence au thème de sa flotte, la mythologie grecque), sera destinée à approvisionner Zeebrugge et les ports de la Manche. Il disposera d'une capacité de 4 200 m3 et sera doté de réservoirs distincts pour dissocier les flux de GNL et de bio-GNL, produit à partir de flux de déchets biologiques.

Pas de modification de structure 

« Comme il peut être stocké et fourni en utilisant l'infrastructure existante, mélangé au GNL et intégré à la technologie des moteurs existants, le bio-GNL représente un investissement à long terme financièrement solide pour de nombreux opérateurs et propriétaires qui cherchent à décarboner leurs opérations », justifie l’entreprise. La conception a été confiée à HB Hunte engineering. La livraison est prévue en 2023.

Une troisième barge dans la zone ARA

Pour rappel, le premier souteur – le Flex Fueler 001 –, est opérée par Titan LNG depuis juin 2019 et basé à Rotterdam. Titan LNG est également à l’initiative d’un avitailleur en zone ARA (Anvers-Rotterdam-Amsterdam) : le Green Zeebrugge, ex-Engy Zeebrugge. Le navire, basé dans le port côtier belge, a été confié par le nippon NYK à Titan LNG via un affrètement de long terme. L’armateur japonais en est devenu l’unique propriétaire après la dissolution, en novembre 2020, de la coentreprise Marine LNG Zeebrugge qu’il avait formée avec Engie. Titan LNG ne limite pas son exploitation au port de Zebbruge, mais entend l’utiliser pour le soutage de navires dans toute la zone ARA (Anvers-Rotterdam-Amsterdam).

A.D.

Photo : Le Flex Fueler 002 lors de son entrée en service fin mars

 

Sur le même sujet