Les revenus des services intra-asiatiques du transporteur taïwanais de conteneurs ont chuté de 50 % au cours des neuf premiers mois de 2021. Malgré la réputation de spécialiste régional, l'activité n'a contribué qu'à hauteur de 31 % à son chiffre d'affaires entre janvier à septembre, contre 62 % l'année précédente.

Emblématique de la situation de la ligne régulière, la taïwanaise Wan Hai a accusé l’an dernier une chute significative sur son marché phare. La desserte intra-asiatique  n’aura contribué qu’à un tiers de son chiffre d’affaires sur les neuf premiers mois de 2020 contre près des deux tiers l’année d’avant.

En revanche, fait observer Alphaliner, les services transpacifiques ont apporté 53 % de ses revenus contre 20 % en temps ordinaire. 

Déploiement de services

Depuis le début de l'année, Wan Hai regarde ailleurs : elle a ajouté des escales à son service AA7 entre Asie et la côte est-américaine, lancé en juin. La compagnie a en outre lancé un service hebdomadaire entre l'Asie et l'Afrique du Sud occidentale, baptisé AS1. En mars, elle a étendu ses deux services Asie-côte ouest-américaine à quatre boucles transpacifiques exploitées en autonomie (elle ne fait pas partie d’une alliance, seule parmi les douze premiers mondiaux). Toutefois, la relance d'un ancien service Asie-Europe, qui avait été fermé en 2010, attendra encore, faute de navires adaptés, a indiqué la compagnie.

Wan Hai, qui a dépensé près de 1,4 Md$ en navires d’occasion en 2021, devrait encore investir 900 M$ en 2022, selon Alphaliner.

La rédaction