Le port scaldien fait régulièrement l’objet de menaces de la part des pilotes de rivière. Sans réponses à leurs demandes de primes et aux accords signés, ils refuseront de prendre en charge les porte-conteneurs de plus de 350 m. Les pilotes de rivière rejettent la polyvalence, considérant qu’il s’agit d’une spécialisation et d’une question de sécurité. En d’autres termes, pas question de partager les primes, alors que ces spécialistes empochent déjà entre 6 500...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous