Depuis le 17 mars, des mouvements sociaux ont éclaté en Guyane traduisant l’exaspération de la population face aux manques en matière de santé, d’éducation, d’économie, de sécurité ou de logement. Le lancement d’Ariane a été reporté, les écoles fermées, le port de Degrad des Cannes bloqué. La proposition de la ministre des Outre-Mer a été refusée. Les députés et sénateurs de Guyane ont jugé « inconcevable de...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous