Les ports ne pourront pas faire l’économie de nouvelles infrastructures « pour permettre la mise en place de chaînes d’approvisionnement des nouveaux types d’énergies, le chargement spécifique des navires et le soutage des nouveaux carburants ». L’actualité en témoigne: il existe actuellement 24 terminaux de regazéification de GNL à grande échelle opérationnels en Europe. Mais ils ne sont guère suffisants pour réduire la dépendance vis-à-vis du gaz russe achemin...
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous