Øystein Kalleklev, PDG de Flex LNG : « La période est fantastique pour un propriétaire de méthaniers »

Étant donné la vigueur du marché à terme et le manque général de navires disponibles, la flotte de Flex LNG, qui compte 13 méthaniers, ne connaît pas le sous-emploi. Ils sont tous affrétés pour une durée minimale de trois à cinq ans. Forte demande et prix élevés pour le GNL compte tenu de la crise énergétique mondiale, résume le dirigeant.

La consommation se tasse en Europe mais pas outre-Atlantique

Alors que le commerce de détail de l'Union européenne stagne, selon le BIMCO, les importations conteneurisées ont établi un nouveau record mensuel dans les ports américains en mars. Les détaillants sont incités à stocker avant que l'inflation ne renchérisse les coûts, indiquent les économistes. Les dépenses de consommation augmentent plus rapidement que la croissance des revenus, peut-être aussi en anticipation de la hausse prévue des prix.

S’affranchir de la dépendance à l’égard de la Chine n’est pas évident

Si le centre de gravité de la production mondiale s’est déporté vers la Chine, les pays voisins, à commencer par le Vietnam, sont devenus un eldorado pour les importateurs soucieux de diversifier leur sourcing chinois. Or, le nearshoring a ses limites car les fournisseurs asiatiques dépendent de leur grand voisin pour les matières premières. La dernière vague épidémique en Chine a ravivé la volonté de découplage de l'Occident.

Mise en péril de la fragile reprise du commerce mondial selon l'OMC

Avant le conflit aux portes de l’Europe et le rebond épidémique en Chine, la reprise économique était bien sur les rails. L’OMC revoit à son tour ses projections sur le commerce mondial, abaissant d’1,3 point la croissance estimée en 2022. La manutention portuaire est à la baisse dans tous les ports, mais surtout en Chine. Les nouvelles commandes à l'exportation sont tombées à leur plus bas niveau depuis juillet 2020.

Chute inattendue des importations de la Chine

Le premier consommateur mondial de matières premières, de métaux, de minerais et d’énergies a limité tous ses achats en mars tandis que la croissance des exportations a ralenti, ce qui incite les analystes à prévoir une détérioration du commerce au deuxième trimestre. Dans des enquêtes réalisées auprès de l’industrie manufacturière, les entreprises chinoises signalent des annulations de commandes en raison des incertitudes économiques et géopolitiques.

L’impact de l'invasion de l'Ukraine déjà probant sur les échanges internationaux

Après plus d'un mois de guerre en Ukraine, les conséquences négatives sur le commerce international apparaissent désormais clairement, assure l'organisme de recherche allemand Kiel Institute for the World Economy. « La situation tendue de l'économie mondiale et l'instabilité du réseau de porte-conteneurs sont visibles et on n'y trouve pratiquement que des signes négatifs. Les distorsions réelles causées par l'invasion de l'Ukraine par la Russie et les sanctions imposées par l'...

Baromètre Allianz : les perturbations logistiques au premier rang des risques perçus

L’appréciation des risques épouse les contours de l’époque. La plupart des entreprises redoutent avant tout de ne pas pouvoir fabriquer leurs produits ou fournir leurs services. Dans le sondage international, qu’Allianz vient de publier, l’interruption d’activité en lien avec les perturbations de la chaîne d’approvisionnement arrive en tête des menaces identifiées par les dirigeants du secteur maritime et logistique.

Niveau historique pour les importations de charbon par la Chine

Les achats chinois de charbon ont enregistré en 2021 le plus haut niveau historique depuis 2013 avec 323,22 Mt, selon les chiffres de l'administration des douanes chinoises publiés en fin de semaine dernière. Le charbon est l’incroyable grand gagnant fossile de 2021.

Moody's révise les perspectives du transport maritime

Les indicateurs de croissance à la baisse dans le monde entier en 2022 et 2023 viennent ternir les perspectives du transport maritime. L’agence de notation internationale sort le secteur de son statut « positif » pour le placer en « stable ». Néanmoins, dans le conteneur, la demande reste supérieure à l’offre. Dans le vrac sec et le transport de produits pétroliers, les exploitants ont moins de raisons de s'enthousiasmer.

Les scénarios Omicron pour l'économie mondiale

Face au coup d’État permanent du virus, qui joue les prolongations, les économistes réajustent leurs prévisions pour intégrer les nouvelles incertitudes et menaces. Omicron va brider la croissance du commerce des marchandises, explique sans détour la Cnuced. Le ralentissement économique de la Chine inquiète l’OCDE. La banque au détail ING observe déjà des signes du repli dans l’appétit d’investissement et de consommation.

Pages