Arctic LNG 2 : Après la Chine, le Japon investit dans le projet russe

À l’occasion du sommet du G20 qui s’est tenu à Osaka, la société japonaise Japan Arctic LNG B.V. a signé un accord avec le producteur de gaz russe Novatek pour une prise de participation de 10 % dans son projet gazier Arctic LNG-2 pour un montant de près de 3 Md$. Total avait déjà fait de même en mars, ainsi que la China National Offshore Oil Corp. (CNOOC) et la China National Petroleum Corp. (CNPC), via sa filiale CNODC, en juin.

L'UE a compensé ses achats de gaz russe par du GNL russe

Les pays européens continuent de faire le plein d’énergies d’origine russe. La rareté de l’offre mondiale et la faible substituabilité du gaz laissent peu d’options aux consommateurs. Dans le même temps, les négociants s’emparent du diesel russe avant l’interdiction du 5 février car là aussi, les sources alternatives sont limitées.

L'ammoniac vert, le pari sur l’avenir pour une propulsion neutre en carbone 

Les constructeurs navals japonais semblent avoir laissé à leurs voisins chinois et sud-coréens la course aux commandes et aux livraisons dans les navires conventionnels, y compris sur les méthaniers. Ils sont en revanche en train de prendre une réelle avance dans les concepts de navires transportant ou carburant avec des alternatives vertes. L’ammoniac tient la corde. Dans le même temps, la production et l’avitaillement de ce futur carburant se développent.

Le Qatar va approvisionner l'Allemagne pendant 15 ans

L’accord, conclu entre QatarEnergy et la compagnie américaine ConocoPhillips, prévoit de fournir à partir de 2026 jusqu'à 2 Mt de gaz naturel liquéfié par an au terminal méthanier en cours de construction à Brunsbutell, dans le nord de l'Allemagne.

DSME annule une nouvelle commande liée à la compagnie russe Sovcomflot

Le chantier naval sud-coréen a indiqué, dans un document boursier, la résiliation de la troisième et dernière commande de méthanier liée à Sovcomflot. Contrairement aux deux précédentes annulations, DSME invoque l'incapacité de construire le navire en raison de contraintes liées à l'approvisionnement en matériaux et non pour des délais de paiement.

Les terminaux méthaniers français tournent à plein régime

L’année 2022 est exceptionnelle pour l’activité des terminaux méthaniers français. La conférence organisée le 24 novembre par France gaz maritime et l’Association française du gaz a permis d’en prendre la mesure. Elengy, filiale de GRTgaz qui exploite trois des quatre de ces points d’importation de GNL, constate une activité en hausse de 70 % par rapport à 2021.

Une flotte fantôme prospère à l'ombre des sanctions russes

Á l’approche de l’entrée en vigueur des sanctions internationales frappant le brut russe, un marché s’organise dans l’ombre pour transporter le pétrole sous embargo à compter du 5 décembre. Le courtier maritime français BRS estime à un millier d’unités la flotte prête à opérer illégalement.

Le transport de GPL gagné par la fièvre

Aucune énergie ne semble échapper à l’inflation. Alors que les méthaniers se négocient à quelque 500 000 $ la journée, que les tankers sont sur le point d’aligner les 100 000 $, les prix des transporteurs de gaz de pétrole liquéfié (GPL) – propane et butane –, sont à leur tour galvanisés par les effets secondaires de la guerre en Ukraine.

Après les porte-conteneurs, les vraquiers, les méthaniers, l'heure des tankers est advenue

L’année 2021 a été celle des porte-conteneurs et des vraquiers. 2022 est en train d’honorer les méthaniers. Les navires-citernes pourraient être à la fête en 2023. La conjoncture singulière, avec ses chocs et contre-chocs, semble vouloir élire chaque année son grand « bénéficiaire ». Les raisons de ces poussées de fièvre ne sont plus liées aux seules tonnes-milles mais aux tonnes-jours. Changement de paradigme dans le transport maritime.

Le Qatar va fournir du GNL au chinois Sinopec pendant 27 ans

Le Qatar a annoncé le 21 novembre la signature d’un contrat d'approvisionnement en GNL avec la compagnie pétrolière chinoise Sinopec d’une durée de 27 ans. Un temps exceptionnellement long. Le GNL sera extrait du projet North Field, qui apportera 48 Mt par an de capacité d’exportation à la petite monarchie du Golfe. Elle ambitionne d’atteindre les 127 Mt d’ici 2026.

Pages