Total contracte avec deux armateurs pour quatre aframax au GNL

Le géant pétrolier français a signé deux accords d’affrètement avec les armateurs Hafnia et Viken Shipping pour deux nouveaux aframax au GNL de 110 000 tpl chacun, à livrer en 2023. Nouvelle illustration de ses convictions – sa foi – dans le gaz naturel liquéfié comme un carburant marin pertinent pour réduire son l’empreinte carbone de ses activités de transport maritime.

Vers un réseau mondial de fourniture de GNL aux navires

La compagnie pétrolière finlandaise Gasum , propriété de l'État, et Pavilion Energy , groupe singapourien qui commercialise et distribue du gaz naturel, s'associent pour développer une chaîne d’approvisionnement en carburant GNL en Europe et en Asie. Ils entendent compléter le maillage par des partenariats.

Les majors pétrolières abattent leur carte verte

Alors que se profile un rendez-vous clef à l'Organisation maritime internationale sur sur le plan d’actions pour tendre vers un horizon neutre en carbone, les trois majors européennes Shell, Total et BP se pressent sur l'autel médiatique pour poser des jalons sur ce qu’elles considèrent comme les carburants de la prochaine génération.

Arctic LNG 2 pourrait recevoir 9,5 Md$ de financements

Plusieurs établissements financiers internationaux, dont le français Bpifrance, sont prêts à soutenir le projet Arctic LNG 2, mené par la compagnie russe Novatek et auquel participent le groupe Total, les chinois China National Petroleum et CNOOC et le consortium japonais Japan Arctic LNG. Un projet de 21 Md$.

L’hydrogène, grand perdant du rapport de DNV-GL  

DNV GL-Maritime a publié le 22 septembre la quatrième édition de ses prévisions maritimes à l'horizon 2050. La publication d’une centaine de pages présente les voies possibles de la décarbonation du transport maritime. Seize types de combustibles différents et dix systèmes de technologie des combustibles ont été modélisés. Des perdants et des gagnants.

Hydrogène : le port de Bordeaux soutenu par l'Europe

La présence d’un industriel, Nouryon, qui rejette 3 000 t d’hydrogène, place le Grand port maritime de Bordeaux en tête de pont pour des projets de valorisation de l’hydrogène comme vecteur énergétique. Deux années d’études, financées à 50 % par l’Europe, vont démarrer dès ce mois de septembre.

Le pétrole brisé dans son élan haussier

Depuis plusieurs jours, les prix du pétrole perdent du terrain dans les échanges européens en dépit d’un effondrement des stocks américains. Hier, le 7 septembre, l’Arabie Saoudite a annoncé avoir baissé ses taux officiels sur les livraisons de brut à l'Asie. La plus forte baisse enregistrée en cinq mois.

Accord de financement du projet Mozambique LNG

Total a annoncé le 17 juillet la signature de l'accord de financement du projet Mozambique LNG. Dans un contexte particulier de crise sanitaire et chute des cours du brut, le groupe pétrolier français a bouclé le financement de ce projet à 20 Md$ et pour lequel il a obtenu 14,9 Md$ en prêts directs et garanties diverses.

Alliance de géants chinois du raffinage

Soutenues par le pouvoir central, les grandes entreprises de raffinage chinoises envisagent de former une centrale d’achat de brut afin d'accroître leur pouvoir de négociation et d'éviter les guerres d'enchères. Elle deviendrait alors le plus gros acheteur de brut au monde. Dans un environnement de marché bouleversé par une pandémie planétaire, les termes des contrats, qui ne permettent pas toujours d’ajuster les volumes, ont généré des tensions entre acheteurs et vendeurs.

Les méthaniers plombés par une rupture de la demande

Le ralentissement économique mondial provoqué par le coronavirus a fait chuter la demande de GNL et entraîné une baisse d'environ 65 % des tarifs d'affrètement des méthaniers.

Pages