John Fredriksen acquiert 9,8 % du capital d'Euronav

Les difficultés du transport de produits pétroliers ne sont pas de nature à dissuader l’homme d’affaires John Fredriksen d’investir à nouveau dans une valeur du secteur. Le norvégien, qui détient des intérêts dans plusieurs segments du transport maritime, possède déjà 40 % de Frontline et avait tenté sans succès d’acquérir DHT. L’armateur belge de tankers n’échappe pas à la sanction du marché mais a mis à profit son temps de crise pour entreprendre le grand ménage dans sa flotte.

Crise de l'énergie : les vrais gagnants

La déraison s’est emparée du marché des énergies. La forte hausse des prix, le gaz en tête, a déjà affecté l'industrie. À l'approche de l'hiver dans l'hémisphère nord, les tensions sur la demande s’exacerbent dans un contexte de pénurie et de stocks faibles. Le pétrole et le charbon pourraient ressortir les vrais gagnants des rapports de force entre toutes les énergies.

Pékin devrait allouer 123 Md$ au forage de 118 000 puits de pétrole

La Chine cherche à augmenter sa production de pétrole et de gaz d’ici cinq ans pour répondre à la demande intérieure croissante et réduire ses importations de pétrole. Selon Rystad Energy, Pékin devrait consacrer ces cinq prochaines années 27 Md$ de plus qu’entre 2016 et 2020. Les puits en développement représenteront alors 88 % du parc.

La demande en carburants marins à haute teneur en soufre reste forte

Contrevenant à tous les scénarios esquissés depuis l’entrée en vigueur de la réglementation qui plafonne les carburants marins à haute teneur en soufre, la demande pour du HFO reste soutenue parce que le scrubber, bien que contesté, reste une option.

La flambée des prix du gaz met à l'arrêt certains secteurs industriels

Les prix mondiaux records du gaz naturel poussent certaines entreprises voraces en énergies à réduire leur production. Une tendance qui ajoute aux perturbations dans les chaînes d'approvisionnement mondiales et à la flambée des matières premières.

Clarksons : des signes d’amélioration sur les marchés offshore

Sacrément chahutés en 2020, les marchés du pétrole et du gaz offshore ont connu une légère amélioration de l'activité au cours du premier semestre. La confiance est de retour avec des investissements dans de nouveaux projets en hausse et l’éolien offshore porté par la vague vert. Le financement du secteur offshore pourrait toutefois s’avérer problématique.

Un sursaut dans la flotte gazière française

L’armateur nippon NYK envisage de céder une partie de sa participation acquise il y a un an dans Gazocean à Geogas LNG, un armement français récemment créé dans le transport du GNL. Dans le transport maritime du gaz opéré par des acteurs français, il y a eu du mouvement ces derniers temps, témoignant d’un certaine régénération entrepreneuriale. Ce regain de vitalité est arrivé à point nommé après que la flotte gazière a atteint son point bas. Elle coïncide par ailleurs avec les réflexions sur la possible extension au gaz de la loi de 1992 sur les approvisionnements stratégiques.

TotalEnergies et Air Liquide s’associent pour produire de l’hydrogène bleu

TotalEnergies et Air Liquide envisagent de produire de l’hydrogène décarboné en Normandie. Dans le cadre de ce partenariat, le groupe pétrolier français doit céder au spécialiste des gaz industriels l’unité de production d’hydrogène par vaporeformage de gaz. Et Air Liquide doit implanter à Gonfreville sa technologie de captage de CO2 cryogénique, expérimentée depuis 2015 sur son site de Port-Jérôme.

Arctique : DP World et Fesco envisagent le transport de conteneurs

L’exploitant portuaire émirati et l’opérateur de transport intermodal russe Fesco étudient la faisabilité technique et économique d’exploiter un poste à quai pour porte-conteneurs au port de Vladivostok. Un projet qui s’inscrit dans la perspective de transporter des boîtes via la route maritime du Nord. DP World s’aligne sur la vision que porte Vladimir Poutine : élargir la fenêtre saisonnière de navigation dans l’Arctique afin de permettre une exploitation toute l’année.

L'OPEP ouvre le vannes

L’OPEP est parvenue à surmonter les différends de deux de ses membres sur les quotas de production à allouer au marché. Le cartel des pays producteurs de pétrole était dans l’impasse depuis fin juillet. Sans cela, les armateurs de pétroliers doivent composer avec la grande volatilité du marché.

Pages