La construction navale sud-coréenne inquiète des impacts de la guerre

L'invasion de l'Ukraine par la Russie, qui s'est ajoutée aux perturbations causées par la pandémie, crée des remous dans la construction navale mondiale dominée par la Corée du sud, la Chine et le Japon. La Corée du sud, classé parmi les pays inamicaux par la Russie, ne voit pas d’un bon oeil la neutralité tiède de Pékin à l’égard du Kremlin, grand client des méthaniers classe glace. Un domaine dans lequel la Chine gagne en compétences.

Les FSRU deviennent de précieux actifs

Pour pallier l'insuffisance de la capacité de regazéification à terre, les unités flottantes de stockage et de regazéification apparaissent comme la solution idéale. Alors que Les Échos révélait ce week-end que la France avait un projet à l’étude au Havre, l’Allemagne a réservé trois FSRU, dont l'une pourrait être opérationnelle dès 2022.

Engie réduit encore sa participation dans le capital de GTT

Le géant de l'énergie français, actionnaire historique avec ses 40,7 %, longtemps inamovibles, va procéder à une nouvelle cession représentant environ 8 % du capital du spécialiste des systèmes de confinement pour le transport maritime et le stockage de gaz liquéfié.

Les exportations maritimes de pétrole russe continuent d'augmenter

L’Inde, la Chine et les États-Unis ont permis à la Russie d’augmenter ses exportations de pétrole en mars par rapport aux deux précédents mois. Les arrivées aux États-Unis répondent à des mouvements de panique avant la date butoir du 22 avril, au-delà de laquelle il ne sera plus toléré de se fournir en Russie. Les données de suivi des navires témoignent d'un certain affolement.

L'avitaillement des navires se tend dans les grands centres de soutage

Alors que les scénarios affluent sur les options dont disposerait l'UE pour compenser le manque à gagner si l’ultime sanction venait s’abattre sur le pétrole russe, la disponibilité des combustibles de soute accuse plusieurs jours de délais dans tous les grands hubs d’avitaillement des navires. L’Europe doit-elle se préparer à un choc d’approvisionnement majeur ? Les experts semblent le penser. Mais la situation pourrait aussi faire le lit des terminaux d'importation de brut comme Gdansk et Rostock.

De beaux jours en perspective pour les scrubbers

Avec un baril de pétrole à plus de 130 $ et un écart de plus de 200 $ entre les deux principaux combustibles de soute vendus à l’avantage du fuel à plus forte teneur en soufre mais bien moins cher, les scrubbers vont susciter un regain d’intérêt.

Les prix des soutes dépassent les 900 $ à Singapour et à Fujairah

Les prix des carburants maritimes dans deux des plus grands centres de soutage, ont dépassé la barre des 900 $ la tonne pour la première fois. À Fujairah, troisième plus grand port d'avitaillement mondial, ils ont atteint les 918 $ tandis qu'ils s’établissaient à 904,50 $ à Singapour, premier hub mondial de soutage de navires. Les BAF annoncés pour le deuxième trimestre sont en forte hausse.

European Energy va produire le e-méthanol pour Maersk

Siemens Energy a été retenu par le groupe danois European Energy pour fournir un électrolyseur de 50 MW qui sera connecté à une unité de production d'e-méthanol au Danemark. Le carburant est notamment destiné au premier porte-conteneurs au méthanol de Maersk.

L'Allemagne va construire deux terminaux flottants de GNL 

Pour s’affranchir de sa dépendance au gaz russe, devenu critique dans un contexte de guerre, l’Allemagne sort les grands moyens. Elle va allouer dans les plus brefs délais une enveloppe de 1,5 Md€ à son approvisionnement et a annoncé la construction de deux terminaux GNL à Brunsbüttel et Wilhelmshaven.

BP, Shell, Equinor font le ménage dans leurs participations, TotalÉnergies esquive

Christophe de Margerie
Gazprom, Rosneft, Novatek sont devenus les nouveaux parias de la classe économique internationale, épinglés par les sanctions occidentales en réaction à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. BP avec Rosneft. Shell avec Gazprom. Equinor avec Rosneft. TotalÉnergies ou Technip Energies avec Novatek. Engie avec Nord Stream 2... Les groupes pétroliers et gaziers annoncent tour à tour leur désengagement. TotalÉnergies tempère.

Pages