Dumping social en Transmanche : une charte impliquant tous les armateurs

Hervé Berville, le secrétaire d’État chargé de la mer, a animé le 30 novembre une réunion avec l’ensemble des compagnies de ferries transmanches. Conviés, les dirigeants de Brittany ferries (Jean-Marc Roué) et de DFDS France (Jean-Claude Charlo) côté français et ceux de P&O ferries (Peter Hebblethwaite) et d’Irish ferries (Andrew Sheen) outre-Manche pour leur proposer de travailler sur une charte assurant des conditions de concurrence équitables.

Rouen : trafic en hausse de 5,5 % à fin septembre

Dopé par les exportations de céréales et propulsé par les flux de produits raffinés, le trafic maritime de Haropa Port de Rouen enregistrait fin septembre une progression de 5,5 % à près de 16,1 Mt. Des chiffres qui laissent augurer d’un millésime 2022 au-dessus de la barre des 20 Mt.

Pourquoi le secteur maritime fait-il le choix du GNL ?

Si le GNL s’est imposé dans le transport maritime pour répondre aux premières réglementations environnementales, l’émergence d’une autre génération d’alternatives au fuel lourd n’est plus qu’une histoire de quelques années. Le méthanol et l’ammoniac tiennent la corde pour leur bilan carbone mais leur intensité énergétique n’égalera pas le GNL. C’est du moins ce qui a été soutenu dans une table ronde organisée par l’Association française du gaz et France gaz maritime.

Pour la Cnuced, des investissements s'imposent pour affronter les futures crises

Dans son étude annuelle sur les transports maritimes, qui n'a pas d'équivalent, la Cnuced revoit à la baisse ses projections de croissance et tire les enseignements de deux années de crises. L’organisation des Nations unies appelle notamment à plus de contrôle des taux de fret et de régulation de l’intégration verticale du secteur. Elle estime que des investissements sont nécessaires pour être mieux préparés aux futurs chocs.

Déclin général de la connectivité maritime des ports

Si les connexions maritimes se sont globalement détériorées ces deux dernières années, les pays n’ont pas tous subi la sanction des escales. Les ports les plus connectés au monde se situent sans surprise en Chine, qui a encore creusé son avantage au détriment des ports européens. Quant aux pays en voie de développement, le défi consiste à garder au moins une fréquence.

Christophe Castaner à la présidence du port de Marseille Fos

Contre vents et marées, en dépit de l’agitation générée par l’annonce de la candidature de l’ex-ministre de l’Intérieur et proche du président de la République, Christophe Castaner a été élu à la tête du conseil de surveillance du Grand port maritime de Marseille face à Julien Gallardo, représentant le personnel membre du syndicat majoritaire CGT. Pour l’instant, le nouvel élu a rappelé les quatre orientations stratégiques.

Conteneur : du plafond au plancher

La fièvre est retombée. Le thermomètre du secteur conteneurisé qu’est l’indice SCFI est revenu à un niveau d’un peu plus de 1 000 points. Comme un symbole, l’arriéré de porte-conteneurs dans les ports ouest-américains, les plus congestionnés au monde, a été jugulé. La fin d’une saga portuaire de vingt-cinq mois.

L'Inde renonce aux droits de douane sur le minerai de fer

Selon l'agence de presse indienne PTI , les droits d'exportation sur certains produits en acier ainsi que sur le minerai de fer ont été levés ou réduits à compter du 19 novembre. La mesure a sanctionné les sociétés minières et les sidérurgistes du pays qui ont perdu des débouchés à l’étranger, notamment en Chine.

Australie : le lock-out n'aura pas lieu

La Fair Work Commission australienne a confirmé le 18 novembre l’interdiction du lock-out prévu des équipages de remorqueurs par Svitzer, la filiale australienne de Maersk qui exploite des remorqueurs dans dix-sept ports du pays. La société entendait ainsi forcer la résolution d’un conflit social qui dure depuis quatre ans.

Marseille Fos : les accès ferroviaires soumis à la concertation

C’est un inextinguible sujet portuaire qui est entré en concertation publique le 16 novembre et ce jusqu’au 20 décembre. Il y est question des accès ferroviaires et de l’épineux chantier sans cesse ajourné du raccordement de Mourepiane en entrée et sortie. Enjeu : le développement des trafics conteneurs et remorques sur les bassins est du port phocéen.

Pages