Un troisième ferry de P&O immobilisé par la Maritime and Coastguard Agency

À la veille du week-end de Pâques, la flotte de P&O Ferries n’avait toujours pas repris le service alors qu’elle est à l’arrêt depuis le 17 mars, date de la décision radicale de la compagnie britannique de licencier les 800 membres d’équipage. Le retour en mer a encore été retardé par l’immobilisation du Spirit of Britain , qui navigue entre Douvres et Calais alors que le port britannique est le théâtre d’une impressionnante congestion.

Sanctions UE-Russie : les ports européens craignent le « port shopping »

L'Organisation des ports européens demande à l'Union européenne une « liste claire » des navires russes à bannir pour leur permettre de se conformer au cinquième train de sanctions adopté contre la Russie. Elle sollicite en outre de l’uniformité dans l’application de l’interdiction pour garantir des conditions de concurrence équitables. L’Agence européenne de sécurité maritime pourrait jouer ce rôle d’aiguilleur du ciel.

Jérôme Giraud remplacé à la direction du port de Toulon

À compter du 1 er juin prochain, Jérôme Giraud, directeur des ports de la rade de Toulon, sera remplacé dans ses fonctions par Christine Rosso, actuelle directrice commerciale au sein du port de Marseille-Fos. Une décision surprenante à plus d'un titre.

La contamination des soutes à Singapour atteint déjà une valeur de 120 M$

L’affaire évolue aussi vite qu’une traînée de poudre. En quelques heures, le nombre de navires ayant reçu des carburants contaminés par des hydrocarbures chlorés est passé de 14 à plus de 60. Pertes de puissance, pannes de moteurs, les demandes d’indemnisation affluent chez les assureurs.

Crise russo-ukrainienne : L'UE doit trouver 40 Mt de charbon ailleurs

L’Union européenne, cinquième importateur mondial de charbon par voie maritime, après la Chine, l'Inde, le Japon et la Corée du Sud et seule grande région à avoir enregistré depuis le début de l’année une augmentation conséquente de ses achats de bitumeux, doit pallier la défaillance de son fournisseur sous sanctions internationales. État des lieux des importations et exportations maritimes de charbon par les grands acteurs mondiaux.

Le reefer dans les affres du confinement en Chine et de la guerre en Europe de l'Est

Le transport maritime sous température dirigée est perturbé, pris en tenaille entre le conflit en Europe de l'Est et le Covid qui fait rage en Chine. L'Ukraine et la Russie sont des acteurs importants sur le marché du reefer. À Shanghai, où la situation s’envenime chaque jour un peu plus, les terminaux manquent de prises pour les conteneurs réfrigérés et les conteneurs s'accumulent sur les quais dont l'enlèvement est ralenti par les restrictions sanitaires.

L’impact de l'invasion de l'Ukraine déjà probant sur les échanges internationaux

Après plus d'un mois de guerre en Ukraine, les conséquences négatives sur le commerce international apparaissent désormais clairement, assure l'organisme de recherche allemand Kiel Institute for the World Economy. « La situation tendue de l'économie mondiale et l'instabilité du réseau de porte-conteneurs sont visibles et on n'y trouve pratiquement que des signes négatifs. Les distorsions réelles causées par l'invasion de l'Ukraine par la Russie et les sanctions imposées par l'...

Rystad Energy : « l'interdiction du charbon russe est une arme à double tranchant »

La décision de l'Union européenne d'interdire les importations de charbon en provenance de Russie – une première pour les approvisionnements énergétiques – affectera jusqu'à 70 % des importations de charbon thermique en Europe, selon une étude de Rystad Energy. Une bataille pour le charbon non russe va faire pression sur les prix tandis que les pays qui continuent à acheter du charbon russe, comme la Chine, pourraient bénéficier d'une forte décote.

Crise russo-ukrainienne : la nouvelle vague de sanctions pourrait concerner les ports européens

La Commission européenne a proposé le 5 avril aux 27 États membres la fermeture des ports européens aux navires opérés par des Russes, dans le cadre d'un nouveau train de sanctions. Elle veut en outre bannir le charbon russe alors que 45 % du charbon consommé par l'UE viennent du pays de Vladimir Poutine. Les représentants des 27 pays membres de l'Union doivent débattre ce 6 avril de ce cinquième tour de vis qui se structure autour de six piliers.

Pages