Maersk solde ses participations en Russie

Le groupe danois de transport maritime et de logistique A.P. Moller-Maersk avait annoncé mi-mars qu’il s’organisait pour se conformer aux sanctions internationales contre la Russie. Il détient, via sa filiale portuaire APM Terminals, 30,75 % dans Global Ports Investments, qui exploite six terminaux à conteneurs en Russie et opère dans les marchandises générales, le vrac et le ro-ro en Baltique.

Ukraine : près d'1 Mt de céréales ont pu sortir du pays

Point d’étape au 31 août de l’initiative mise en œuvre dans le cadre de l’accord signé entre Kiev et Moscou pour permettre les exportations en toute sécurité de céréales et denrées agricoles en mer Noire. Fin août, 44 navires chargés ont pu sortir d’Ukraine pour un total de près d’1 Mt. Près de 60 demandes de chargement sont en attente alors que le gouvernement ukrainien a déposé une demande pour que le port de Mykolaïv en bénéficie. Encore faut-il que le corridor céréalier soit prorogé.

Bilan : le fret fluvial en manque crucial d’eau

Avec la sécheresse estivale, les fermetures de voies navigables ou restrictions de navigation se multiplient. Inédits par leur ampleur ou leur précocité, ces freins au transport fluvial touchent en priorité le Rhin, principale voie navigable européenne pour le fret.

Transport maritime de pétrole : les VLCC de retour sur le marché

Après près de deux ans de conditions de marché difficiles, les exploitants de pétroliers ont publié pour le deuxième trimestre des résultats bien mieux orientés. La reconfiguration des flux maritimes suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie et la perspective de sanctions a amené les négociants à se détourner des approvisionnements russes au profit d'alternatives plus lointaines. Une orientation favorable au transport maritime en terme de tonnes-milles. Euronav, Frontline et Teekay sortent lentement la tête de l’eau.

L'Indonésie bloque les exportations de charbon alors que la demande explose

Le ministre indonésien des Ressources énergétiques et minérales a annoncé que 71 sociétés minières n'avaient pas respecté leurs obligations sur le marché intérieur et que 48 d'entre elles étaient désormais interdites d'exportation de charbon. Cette décision du premier exportateur mondial intervient alors que la sanction du charbon russe est entée en vigueur en Europe.

Le duo CMA CGM/Baxi emporte la concession d'un terminal dans le premier port à conteneurs indien

Effervescence dans les terminaux portuaires indiens. Un consortium composé de la compagnie française CMA CGM et du groupe indien J.M. Baxi a remporté l'appel d'offres pour l'exploitation du terminal à conteneurs de Nhava Sheva. Dans le même temps, Adani a annoncé un cinquième terminal à conteneurs à Mundra, le concurrent direct . Les deux ports se disputent le trafic conteneurisé du pays.

En sortant du vrac sec, Louis Dreyfus Armateurs met un point final à une longue histoire

Avec LDA, la France a rendez-vous avec son histoire maritime et industrielle. Il ne peut en être autrement quand il s’agit de la plus vieille compagnie maritime du pays. Louis Dreyfus Armateurs aura accompagné les grands mouvements du vrac à la française. Et contribué à écrire tout un pan de l’histoire du charbon et de la sidérurgie. Aujourd’hui, l’entreprise a largement opéré sa mue vers des services industriels en mer à haute valeur ajoutée, nouvel horizon du shipping en Europe.

Nouvelle hausse du transport maritime de charbon au premier semestre 2022

Les échanges de charbon au sein de l’Union européenne ont été particulièrement vifs au cours du premier trimestre. Si les importations et exportations traduisent les craintes d’une rupture d’approvisionnement en gaz, elles reflètent pourtant encore l’extrême dépendance des pays européens à la Russie, qui reste le premier fournisseur. À noter toutefois la grande percée des États-Unis et le spectaculaire retour de l’Afrique du Sud.

Nord Stream : Gazprom réduit encore ses livraisons de gaz à l'UE

Les livraisons de gaz à l'Europe via le gazoduc Nord Stream ont baissé à compter de ce 27 juillet à près de 20 % des capacités, selon les données de l'opérateur allemand Gascade. Pour certains pays européens, la décision de Gazprom fragilise un peu plus l’édifice énergétique sur lequel il repose.

Pages