Shenzhen à nouveau confiné

Alors que la guerre en Ukraine met à nouveau les chaînes d'approvisionnement mondiales à l'épreuve, la ville qui loge le quatrième port le plus fréquenté au monde est soumise à un confinement généralisé. Les autorités portuaires se veulent rassurantes mais les restrictions de mobilité des personnels ont été réactivées tandis que les accès aux terminaux sont strictement encadrés avec le retour des quotas imposés aux camions.

Crise russo-ukrainienne : environnement extrêmement mouvant pour le transport maritime

Depuis le début du conflit, les flux maritimes tentent de s’adapter, les navires pris entre deux eaux lorsque tombent les nouvelles sanctions. Les zones à haut risques ont été élargies. Les primes d’assurance flambent. Le détournement des navires fait pression sur certains ports européens. En interdisant les importations de pétrole russe, Washington force Bruxelles à aller plus loin à la veille d’une rencontre au sommet les 10 et 11 mars à Versailles entre les 27 chefs d’État ou de gouvernement.

Outre-Atlantique, la congestion portuaire passe à l'Est

Si la situation se détend dans les ports ouest-américains, elle se tend à l’est en raison du nombre de navires et de services déroutés. D’ici avril, le marché transpacifique doit absorber une capacité supplémentaire de 40 à 60 % selon les sources. À l’ouest, les négociations sociales, qui doivent démarrer en avril entre la direction et les dockers, font craindre une paralysie.

Lloyd Werft a trouvé deux repreneurs

Lloyd Werft, chantier naval appartenant au patrimoine industriel brêmois, a été repris par deux groupes allemands, qui se sont associés in extremis pour emporter l’offre face à un chantier émirati spécialisé dans les yachts.

L'Allemagne envisage de construire deux terminaux GNL 

Pour s’affranchir de sa dépendance au gaz russe, devenu critique dans un contexte de guerre, l’Allemagne sort les grands moyens. Elle va allouer dans les plus brefs délais une enveloppe de 1,5 Md€ à son approvisionnement et a annoncé la construction de deux terminaux GNL à Brunsbüttel et Wilhelmshaven.

Hambourg, maître incontesté du report modal encore en 2021

Avec 8,7 MEVP et près de 129 Mt en 2021, le port allemand se trouve exactement dans les clous de ce qu’il avait anticipé à l’issue des neuf premiers mois de l’année pour le conteneur mais en deçà pour le trafic global. Hambourg réalise de nouvelles performances dont le transport ferroviaire de marchandises, asseyant un peu plus son statut de champion européen du report modal.

CMA-CGM prend à sa charge les THC pour les conteneurs fluviaux

Les surcoûts de manutention pour le chargement de conteneurs maritimes sur des barges vont être supprimés au Havre et à Marseille pour les boîtes acheminées par la CMA-CGM à partir du 1 er avril prochain. Le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, en a fait l’annonce à l’occasion de son déplacement au port fluvial d’Arles le 1 er mars.

Crise russo-ukrainienne : les transporteurs maritimes fuient le risque

La guerre économique entre la Russie et le bloc occidental démarre à peine. L'impact global sur le transport maritime de pétrole et de gaz deviendra plus apparent au cours des prochaines semaines. Après avoir été tenues en haleine quant à la nature des sanctions, les exploitants sont désormais en attente de clarification sur leur portée, alors que les P&I ne s’expriment pas encore sur les risques commerciaux encourus et le coût.

Céréales : la crise russo-ukrainienne engendre un repositionnement des flux

La nature a horreur du vide. Les flux du vrac sec, rompus aux tensions géopolitiques, sont d’ordinaire les plus plastiques. Ils le prouvent à nouveau. Des premiers mouvements s’observent. Les taux de fret des vraquiers ont brusquement changé de cap ces derniers jours.

Les faits au 5e jour de la guerre russo-ukrainienne

Au cinquième jour de l’attaque de la Russie contre l’Ukraine, le port de Berdiansk est tombé aux mains des forces russes. La fermeture du détroit de Bosphore a été explicitement évoquée. Les armateurs de porte-conteneurs envisagent la suspension des escales dans les ports russes.

Pages