Le Qatar va approvisionner l'Allemagne pendant 15 ans

L’accord, conclu entre QatarEnergy et la compagnie américaine ConocoPhillips, prévoit de fournir à partir de 2026 jusqu'à 2 Mt de gaz naturel liquéfié par an au terminal méthanier en cours de construction à Brunsbutell, dans le nord de l'Allemagne.

DSME annule une nouvelle commande liée à la compagnie russe Sovcomflot

Le chantier naval sud-coréen a indiqué, dans un document boursier, la résiliation de la troisième et dernière commande de méthanier liée à Sovcomflot. Contrairement aux deux précédentes annulations, DSME invoque l'incapacité de construire le navire en raison de contraintes liées à l'approvisionnement en matériaux et non pour des délais de paiement.

Ces nouveaux risques engendrés par les mutations du transport maritime

Dans son dernier rapport, Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS), un des grands souscripteurs du transport maritime, passe en revue les nouveaux risques posés par le transport des véhicules électriques, le changement climatique, les réglementations environnementales... et toutes les évolutions présentes et à venir qui donnent lieu à de nouveaux scénarios de sinistres.

Pourquoi le secteur maritime fait-il le choix du GNL ?

Si le GNL s’est imposé dans le transport maritime pour répondre aux premières réglementations environnementales, l’émergence d’une autre génération d’alternatives au fuel lourd n’est plus qu’une histoire de quelques années. Le méthanol et l’ammoniac tiennent la corde pour leur bilan carbone mais leur intensité énergétique n’égalera pas le GNL. C’est du moins ce qui a été soutenu dans une table ronde organisée par l’Association française du gaz et France gaz maritime.

Pour la Cnuced, des investissements s'imposent pour affronter les futures crises

Dans son étude annuelle sur les transports maritimes, qui n'a pas d'équivalent, la Cnuced revoit à la baisse ses projections de croissance et tire les enseignements de deux années de crises. L’organisation des Nations unies appelle notamment à plus de contrôle des taux de fret et de régulation de l’intégration verticale du secteur. Elle estime que des investissements sont nécessaires pour être mieux préparés aux futurs chocs.

Les terminaux méthaniers français tournent à plein régime

L’année 2022 est exceptionnelle pour l’activité des terminaux méthaniers français. La conférence organisée le 24 novembre par France gaz maritime et l’Association française du gaz a permis d’en prendre la mesure. Elengy, filiale de GRTgaz qui exploite trois des quatre de ces points d’importation de GNL, constate une activité en hausse de 70 % par rapport à 2021.

CMA CGM : un résultat net de près de 22 Md$ en neuf mois

La sémantique a changé de registre pour les transporteurs maritimes de conteneurs. Le contexte macroéconomique incertain, la baisse de la demande de transport, l’accélération de la chute des taux de fret, l’explosion des coûts opérationnels composent le nouvel environnement. Mais si le troisième trimestre a marqué le pas par rapport au second, les résultats financiers restent à des niveaux exceptionnels. CMA CGM aborde la nouvelle conjoncture avec un endettement réduit dans des proportions impressionnantes. Tout est...

Une flotte fantôme prospère à l'ombre des sanctions russes

Á l’approche de l’entrée en vigueur des sanctions internationales frappant le brut russe, un marché s’organise dans l’ombre pour transporter le pétrole sous embargo à compter du 5 décembre. Le courtier maritime français BRS estime à un millier d’unités la flotte prête à opérer illégalement.

Les propriétaires de navires non-exploitants sereins jusqu'en 2025

La courbe des tarifs d’affrètement a longtemps résisté avant de finir par croiser la trajectoire des taux de fret. Si la valeur des navires affrétés et le montant des transactions de seconde main ont été divisés par deux dans certaines catégories, les compagnies ont encore enregistré de solides résultats au troisième trimestre. Ils sortent toutefois de deux années exceptionnelles avec un bataillon plus léger, ayant cédé au raid sur les navires opéré par les compagnies.

Maersk, MSC et ZIM condamnent un premier service entre l'Asie et la côte est-américaine

ZIM, qui ne fait partie de l’alliance 2M mais coopère avec Maersk et MSC depuis 2018 pour partager de la capacité sur plusieurs boucles entre l'Asie et la côte Est des États-Unis, ferme l’un d’entre eux. Ajuster la capacité au ralentissement de la demande, justifient les trois partenaires.

Pages