Branchement électrique à quai : le modèle économique reste à trouver

Soixante et un. C'est actuellement le nombre de porte-conteneurs de CMA CGM appareillés pour se brancher à quai. Le troisième armateur mondial de porte-conteneurs s'est engagé à avoir la totalité de sa flotte (en propriété) équipée d'ici 2050. Un choix qui ne peut être que politique car le modèle économique n'est pas encore rentable, explique Laurent Martens, à la tête de Terminal Link, la filiale portuaire de CMA CGM. Christophe Seguinot, le directeur technique de La Méridionale, confirme. La compagnie marseillaise de ro-pax est une pionnière dans ce domaine.

CMA CGM en renfort des comptes publics

Le groupe français de transport maritime et logistique a largement contribué au « surplus exceptionnel » de 16,5 Md€ enregistré par l’excédent des échanges de services. Le transport maritime a apporté un écot de 21 Md€ aux 36,4 Md$ engrangés l’an dernier. Dans le même temps, le déficit des échanges de biens continue à se creuser, plombé par la facture énergétique. Les taux de fret ont indéniablement fait rentrer de l’argent dans les caisses de l’État français.

Les assureurs face aux risques de plus en plus cyber

Du vol de données à l’attaque par rançongiciel, la cyber sécurité est une préoccupation croissante pour le secteur maritime et un risque difficile à évaluer pour les assureurs spécialisés, qui ont tenté de faire le point sur la question à l’occasion de Paris MAT.

EDF produira du e-méthanol pour le maritime

Dans le cadre d’une des tables rondes d’Euromaritime, qui se tient jusqu’au 30 juin au Parc Chanot, EDF a annoncé qu’il produira du méthanol de synthèse exclusivement pour le transport maritime. Un projet pilote portant sur 20 000 t de e-méthanol est en cours de déploiement. CMA CGM a pour sa part précisé les choses sur sa commande de six porte-conteneurs de 15 000 EVP. Les moteurs sont prêts. Le cadre réglementaire est connu. L’approvisionnement est dans les mains du marché...

Euromaritime : problèmes logistiques et décarbonation au menu

Pour sa seconde édition à Marseille, qui se tient trois jours durant, du 28 au 30 juin au Parc Chanot, l’événement organisé par la Sogena avec le groupe Ouest France et Le Marin, a ouvert ses portes avec quelques dossiers structurants pour le transport maritime à régler. Des convictions qui s’affirment et des positions qui s’aiguisent. Retour sur quelques propos entendus en quelques heures. Avec une ou deux annonces.

Mise à l’eau du Canopée

Le roulier propulsé en partie par le vent se rapproche de la mise en service effective à la fin de l’année 2022. Une nouvelle étape a en effet été franchie ce 28 juin avec la mise à l’eau de la coque aux chantiers de Stettin en Pologne. L’armement du navire par les chantiers Neptune Marine sera finalisé aux Pays-Bas. Depuis 2019, après avoir remporté l’appel d’offres lancé par Ariane Group pour le transport des éléments du lanceur Ariane 6 depuis les ports européens...

Assurance maritime : l'évolution des risques en débat

Organisé chaque année par le Comité d’études et de services des assureurs maritimes et transports (Cesam), Paris MAT, le rendez-vous des assureurs maritimes, s’est tenu les 27 et 28 juin. Au coeur des échanges, les risques générés par la désorganisation logistique et la multiplication des incidents en lien avec la présence de batteries au lithium à bord.

MB92 s’ancre jusqu’en 2042 dans la grande forme de La Ciotat

À trois mois de l’inauguration d’Atlas, l’ascenseur à bateaux de 4 300 t, MB92 a remporté l’appel d’offres pour l’occupation de la grande cale sèche de 200 m à La Ciotat jusqu’en 2042. La filiale française du chantier naval espagnol va investir 20 M€ en complément des 70 M€ engagés par la Ciotat Shipyards dans l’augmentation des capacités du site de 40 ha.

Bourbon et RWE s’associent dans l’éolien flottant en Méditerranée

La compagnie maritime française Bourbon subsea services et l’énergéticien allemand RWE vont répondre ensemble à l’appel d’offres pour deux champs éoliens offshore de 250 MW au large des côtes méditerranéennes françaises. L’appel à soumissions devrait être lancé prochainement par le gouvernement.

L'engouement pour les petits navires se précise

Signe avant-coureur de la réorganisation des flux et de la montée en puissance de l’intra régional, influence des nouvelles normes réglementaires ou simple besoin de renouvellement ? Depuis fin 2020, l'intérêt des armateurs pour la contractualisation de navires de moins de 8 000 EVP a considérablement augmenté. Les commandes de petits navires ont représenté 39,6 % de tous les contrats passés au cours des douze derniers mois. Leur carnet de commande dépasse largement la capacité de la flotte actuelle.

Pages