Valence : le GNL sauve la mise aux conteneurs

Le leader espagnol du trafic de conteneurs subit le contrecoup du ralentissement de l’économie mondiale. À l’issue du neuf premiers mois de l’année, le volume des boîtes manutentionnées s'est replié de 6,6 %. Le recul du transbordement observé en 2021 s’accélère. En revanche, le triplement des importations de GNL ont permis de limiter le recul du trafic.

À Barcelone, l’offensive italienne dans le ro-pax dynamise le trafic 

À l’issue des neuf premiers mois de l’année, Barcelone, qui dispose du principal terminal espagnol de regazéification, a enregistré une forte hausse des importations de GNL. Contrairement à ses concurrents européens, le port catalan profite de la bonne tenue des conteneurs tandis que le roulier est dopé par la concurrence dans les Baléares. Des performances réalisées dans un contexte de transformation portuaire.

Les courbes de valeur des pétroliers et des porte-conteneurs se croisent

Depuis deux ans, la trajectoire asymétrique des pétroliers et des porte-conteneurs est saisissante. Alors que la valeur et les tarifs d’affrètement des porte-conteneurs plongent, les prix et les taux des tankers s’extraient de la nasse. Schématiquement, les tarifs des pétroliers sont passés de 20 000 à 70 000 $/j tandis que ceux des porte-conteneurs, de 99 000 à 50 000 $/j. Les exploitants des transporteurs de brut attendent ce moment après une année 2021 où les navires ont été souvent exploités à des niveaux en deçà du seuil de rentabilité.

Pic mondial des émissions mondiales de CO2 en 2025

Selon l'Agence internationale de l'Énergie, un plafond pour les émissions mondiales de dioxyde de carbone, responsables du réchauffement climatique, devrait être atteint d’ici 2025. L’AIE gage sur le fait que la guerre en Ukraine et ses impacts sur les flux énergétiques déclenchent une accélération des investissements dans les énergies durables.

Fatih Birol, AIE : « Le monde traverse sa première véritable crise énergétique mondiale »

Selon l’exécutif de l’Agence internationale de l’énergie, le resserrement des marchés GNL dans le monde en raison de la guerre en Ukraine et d’un possible rebond de la demande chinoise ainsi que la réduction de l'offre par les grands producteurs de pétrole ont plongé le monde dans « la première véritable crise énergétique mondiale ». Les nouvelles capacités de GNL manquent.

Costa Croisière contraint de se réorganiser en Asie

Alors que le secteur de la croisière retrouve peu à peu l’ensemble de ses marchés, la Chine reste fermée en raison des mesures de restrictions sanitaires strictes dans le cadre de la « tolérance zéro Covid » du président Xi Jinping. La marque italienne de Carnival Corp., entrée sur le marché chinois en 2006, est particulièrement concernée par les dernières décisions du groupe américain.

Transmanche : unité française face au dumping social

Dans une unanimité rarement vue entre partenaires sociaux, armateurs et syndicats de marins font corps face au dumping social auquel se livre la compagnie britannique P&O Ferries sur le Transmanche. En jeu : le modèle social européen, la sécurité de la navigation sur le Pas de Calais, l’emploi de marins européens voire… le pavillon français.

Décarbonation : l'ICS veut récompenser les vertueux

Désavouée sur sa précédente proposition qui consistait à prélever une contribution sur la tonne de combustible de soute ou de CO2 pour financer le développement de carburants de rupture, la Chambre internationale de la marine marchande (ICS) a soumis à l’OMI une nouvelle version qui repose sur un système de « financement et de récompense ».

La Russie peine à réorienter ses exportations de charbon

Depuis que son charbon fait l’objet d’un embargo européen, la Russie a vu ses volumes chuter de 7 %. En revanche, les distances parcourues par les vraquiers se sont allongées en moyenne de 2 012 km. Si la Chine reste le plus gros acheteur du fossile banni, son appétit pourrait avoir une date de péremption.

CMA CGM en lice pour la reprise de la filiale de fret de la Renfe

L’opérateur ferroviaire public espagnol Renfe négocie actuellement avec trois compagnies maritimes – CMA CGM, Maersk et MSC – en vue de convenir d’un partenariat pour opérer sa filiale de fret, Renfe Mercancias. Intérêt pour les compagnies maritimes : les pré- et post- acheminements par le rail représentent la moitié du trafic ferroviaire de marchandises en Espagne.

Pages