Sortir les grains de l'Ukraine à tout prix

Outre Constanta, qui sert actuellement de base arrière aux ports ukrainiens bloqués, les ports de Pologne et de Lituanie sur la mer Baltique, qui permettent de contourner la Biélorussie avec un minimum de contrôles et des procédures douanières accélérées, et celui de Varna en Bulgarie sont évoqués comme des portes d'entrée potentielles pour les agro-exportateurs ukrainiens. Alors qu’il y a urgence à faire sortir les céréales du pays.

Le vrac sec au cœur d'une crise alimentaire mondiale

Alors qu’une crise alimentaire mondiale se profile, Vladimir Poutine s’est montré disposé au cours d’un entretien téléphonique le samedi 28 mai avec le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz à permettre la reprise des livraisons de céréales ukrainiennes. La mer Noire n'est pas seulement un « grenier à blé » mais est aussi l'un des 14 points mondiaux par lesquels transitent des quantités importantes de produits agricoles. Loin d’être évidentes, les alternatives ne favorisent pas le transport maritime.

L'Inde crée la panique sur les marchés du blé

L’interdiction surprise des exportations de blé indien par le gouvernement indien pour contenir la flambée des prix a mis la pagaille dans les ports, bloquant le départ de 1,8 Mt de céréales. Le pays a dû lâcher un peu la bride. L'événement intervient sur un marché déstabilisé par les événements en Russie et en Ukraine qui mettent en défaut le premier hub mondial d’exportation de céréales.

Céréales : les ports et les marchés s'organisent pour pallier la mer Noire

L’Inde, qui a l’avantage d’être à cette période de l’année le seul fournisseur de blé au monde, s'affirme en l’absence de la première zone d’exportation mondiale pour les céréales. En avril, le continent a exporté 1,4 Mt de blé contre à peine 240 000 t il y a un an. Toutefois, les chargements ukrainiens, notamment de maïs, s’organisent en passant par Constanta en Roumanie et Varna en Bulgarie.

Céréales : la crise russo-ukrainienne engendre un repositionnement des flux

La nature a horreur du vide. Les flux du vrac sec, rompus aux tensions géopolitiques, sont d’ordinaire les plus plastiques. Ils le prouvent à nouveau. Des premiers mouvements s’observent. Les taux de fret des vraquiers ont brusquement changé de cap ces derniers jours.

Blé français : malmené par l'Algérie, dopé par la Chine

La forte demande mondiale et la récente baisse des prix pourraient favoriser les exportations françaises de blé tendre, qui restent cependant bien faibles à destination de l’Algérie même si elles augmentent par rapport à la campagne précédente.

Le Conseil international des céréales revoit à la baisse ses estimations

La production mondiale de céréales pour la campagne de commercialisation 2021-22 devrait être de 2,287 milliards de tonnes, soit 3 Mt de moins que ce que le Conseil international des céréales avait initialement prévu. Toutes les prévisions portant sur...

Céréales : exportations françaises attendues en hausse

Après la mauvaise récolte 2020, la moisson 2021 devrait permettra à la France d’augmenter ses exportations de blé tendre. La faible qualité limitera toutefois la progression du grand export, tandis que des pays européens comme l’Espagne ou le Benelux devraient se tourner volontiers vers l’épi français.

Les expéditions françaises de blé au plancher en mai

Selon le fournisseur d’informations financières sur les marchés Refinitiv, les expéditions françaises de blé tendre hors de l'Union européenne sont tombées à leur plus bas niveau décennal pour le mois de mai. Après un...

La Chine, premier client du blé français

C'était à prévoir et prévu mais les statistiques du commerce extérieur et celles du port de Rouen le confirment. La campagne 2020-2021 d’exportation des céréales françaises est marquée par les achats massifs de la Chine, tant pour le blé tendre que pour les orges, et par de moindres quantités exportées vers les débouchés traditionnels du blé français, l’Afrique du Nord et de l’Ouest.

Pages