Maersk resserre ses objectifs climatiques

Sa rétrogradation dans le classement mondial des armateurs de porte-conteneurs est encore sous les feux de l'actualité mais Maersk fait diversion. Le groupe danois annonce une revoyure de sa stratégie de décarbonation, avançant de dix ans ses objectifs climatiques, pour être neutre d'ici 2040. Ce qui signifie d’aller au-delà de sa seule flotte.

Exploitants ou affréteurs de navires : qui doit payer pour les émissions de CO2 ?

L'Association des armateurs de la Communauté européenne (ECSA) a publié un document d'orientation sur la proposition de l'UE visant à inclure le transport maritime dans son système d'échange de quotas d'émission. Les armateurs européens demandent une application stricte du principe pollueur-payeur et estiment que les affréteurs doivent payer pour les émissions de CO2 induites par leurs choix opérationnels.

Fit for 55 : des premiers échanges tendus

Les ministres européens de l'Environnement ont tenu un premier débat sur le paquet législatif Fit for 55, portant notamment sur l’intégration progressive du transport maritime au système communautaire d’échanges de quotas carbone. Si les premiers échanges se font sous la présidence slovène, c’est sous celle de la France que les véritables négociations se tiendront à partir de janvier 2022.

Bolloré entreprend le verdissement de ses terminaux en Afrique 

La démarche est présentée comme inédite. La méthodologie a été validée par Bureau Veritas. L'opérateur portuaire lance ce lundi 7 juin son label « Green Terminal » sur les 13 terminaux dont il a la concession en Afrique. La certification vise l’empreinte carbone de l’ensemble des activités. Les terminaux présentent une diversité de situations qu’il va falloir faire converger vers les standards mais en tenant compte de leurs spécificités.

Union européenne : pacte vert et économie bleue

Bruxelles a présenté le 17 mai sa « nouvelle stratégie » en faveur d'une économie bleue durable, qui doit lui permettre d’atteindre les objectifs de son Pacte vert. En réalité, peu de choses nouvelles. Le transport maritime a déjà connaissance de ce qui l’attend. En revanche, de façon moins attendue, les règles sur le recyclage des navires et le démantèlement des sites pétroliers et gaziers offshore vont être révisées.

OMI : les transports maritimes ont émis plus d'un milliard de tonnes de CO2 émis en 2018

La quatrième étude sur les gaz à effet de serre générés par le secteur vient d’être publiée par l’OMI. C’est la première depuis l'adoption en 2018 de la stratégie relative à la réduction des émissions carbone. Avec 1 056 millions de tonnes en 2018, les émissions de CO2 ont représenté une augmentation de 9,3 % par rapport à 2012. ​Les transports maritimes étaient ainsi responsables de 2,89 % des émissions carbone mondiales.

Cap sur les navires de transport de CO2

Les annonces s’enchâssent. Les japonais en avaient ces derniers temps l’initiative. Cette fois, ce sont les sud-coréens qui dévoilent leur projet de navire de transport de CO2 liquéfié. Capter le CO2 à la source, le transporter pour le réinjecter dans des process industriels ou le stocker définitivement, génère de l’intérêt.

Le GNL, carburant d’une transition énergétique de long terme

Bio-GNL et méthanation à partir d’hydrogène décarboné et de CO2 capturé étaient au menu de la convention annuelle de l’Association française du gaz le 23 mars, qui avait pour thème inévitable « la contribution du GNL au climat ». Ces technologies peuvent faire du GNL un carburant totalement propre, ce qu’il n’est que partiellement aujourd’hui.

Wärtsilä trouve une issue aux scrubbers contestés

L’équipementier maritime finlandais, premier fabricant de scrubbers, a investi en R&D pour étudier le potentiel de la capture et stockage du carbone. La technologie permettrait d’améliorer les dispositifs d’épuration des gaz en capturant le carbone au point d'échappement. ​

Pages