Conteneurs : Phénoménal

En une seule année, qui ne ressemble à aucune autre, il s’est passé tant et tellement de choses qu’il y aurait la matière pour tenir en une décennie. Pendant 365 jours, d’une fulgurance éreintante, le transport maritime a été placé en orbite géostationnaire et aux premières lueurs de 2022, il n’a toujours pas retrouvé son axe de gravité. La demande de transport a été sans pitié et ne manifeste pas le moindre signe d’essoufflement, ou si peu, alors que...

Saint-Pétersbourg rayée de la carte des services ?

Selon Alphaliner, la capacité de la flotte déployée sur les services réguliers de ligne intra-européens touchant Saint-Pétersbourg a chuté de 96 400 à 15 700 EVP entre février et juin. Seuls MSC et CMA CGM maintiennent encore quelques départs et arrivées. Les capacités ont notamment été redéployées sur des services intra-européens ou opérant entre Europe du nord et le Canada.

Conteneur : à pic avec la Peak season 

Shanghai réactive progressivement ses fonctions économiques et sociales. Le fonctionnement au ralenti de la locomotive portuaire mondiale a coûté cher au commerce mondial. Les retards se sont accumulés, en particulier du côté des importations. Plus de 12 % des marchandises sont actuellement en attente sur des porte-conteneurs dans les zones portuaires du monde entier. Un peu plus de 10 % de la flotte mondiale de navires est mobilisé dans la congestion. Les coûts des stocks flambent. Le véritable impact sera ressenti en juillet et août lorsque la demande se heurtera à la ruée de la haute saison, craignent les économistes.

Reefers : des trajectoires entre le spot et le long terme qui se dissocient

Si les taux de fret pour les conteneurs frigorifiques restent stables sur le spot, ils se détendent sur le marché à long terme, tout en restant encore élevés sur une base annuelle. En retour d’Asie, les reefers se trouvent concurrencés par leur équivalent dry, fixés au même prix.

FMI : Les taux de fret vont contribuer à l'inflation jusqu'à la fin de l'année

Après l’OCDE, les économistes du FMI se sont penchés sur les impacts des taux de fret sur l’inflation. Ils ont scruté les données de 143 pays au cours des trente dernières années pour contextualiser le phénomène et faire ressortir les mécanismes à l'œuvre. Les tarifs du transport maritime opèrent très rapidement sur les prix des marchandises importées et les coûts de production. Mais l’impact se propage lentement jusqu’à son pic après 12 mois. Les effets à la pompe perçus suite à une montée des prix mondiaux du pétrole agissent dans un espace-temps beaucoup plus contraint.

ONE va investir 20 Md$ sur dix ans

Dans une visioconférence organisée le 23 mars, Jeremy Nixon, le PDG de la compagnie japonaise née de la fusion des activités conteneurisées des trois principaux transporteurs japonais, MOL, NYK et K-Line, a annoncé un plan d’investissement de 20 Md$ sur dix ans.

Un an après l'Ever Given, l'Ever Forward s'échoue dans le canal de Craighill

Le transporteur maritime taïwanais de conteneurs a un sens prononcé pour les anniversaires. Un an après avoir subi l’échouement de l’ Ever Given dans le canal de Suez, qui a créé un embouteillage massif impliquant plus de 400 navires, il doit procéder à un autre renflouement. L’ Ever Forward s’est échoué le 13 mars dans la baie de Chesapeake, peu après avoir quitté Baltimore.

Conteneur : le retour à la normale à nouveau hypothéqué par l'épidémie

En quelques jours, l’épidémie aura gagné du terrain. La Chine a enregistré en 24 heures plus de 5 000 cas nouveaux tandis que 30 millions de personnes étaient confinés le 15 mars à la mi-journée. Une vingtaine de provinces sont touchées et Shenzhen, Zhejiang, Shanghai, Jilin, Suzhou, Guangzhou et Pékin ont été successivement fermés. Certaines compagnies ont pris les devants pour préparer leurs clients à de nouvelles perturbations.

Outre-Atlantique, la congestion portuaire passe à l'Est

Si la situation se détend dans les ports ouest-américains, elle se tend à l’est en raison du nombre de navires et de services déroutés. D’ici avril, le marché transpacifique doit absorber une capacité supplémentaire de 40 à 60 % selon les sources. À l’ouest, les négociations sociales, qui doivent démarrer en avril entre la direction et les dockers, font craindre une paralysie.

Pages