Unifiés, Anvers et Zeebrugge n'enrayent pas le repli du conteneur au premier semestre 2022

Le port d’Anvers vient de publier ses premières statistiques de trafic en tant qu’entité fusionnée avec son voisin Zeebrugge. Le contexte géopolitique et macroéconomique influence fortement les volumes. À l’exception du conteneur, victime de la congestion depuis un an, les autres trafics se portent mieux, notamment le vrac et le conventionnel.

[Vient de paraître] Polyvalents, conventionnels, heavy lift : quel avenir pour ces vieux routiers des mers ?

La patine d’antan fait de ce vieux routier du transport maritime une carcasse d’acier à qui l’on promet tantôt une probable renaissance tantôt une inéluctable disparition. Depuis deux décennies, les navires polyvalents sont attaqués sur tous les flancs, leur fret siphonné tous azimuts par les porte-conteneurs, les rouliers et les vraquiers au gré de leur conjoncture, plus ou moins morose.

Caribbean Line ouvre une escale à Honfleur avec un trafic de bois

La compagnie maritime basée en Martinique, qui exploite deux navires d’une capacité de 7 500 t, doté de deux grues d’une capacité de 60 t chacune, lance un nouveau service mensuel entre l’Europe, les Antilles et l’Amérique du Sud pour les importations de bois en breakbulk depuis le Brésil. Avec une escale dans le port normand.

Dunkerque : les conteneurs en hausse de 41 % en 2021

En hausse de 7,5 % avec 48,6 Mt, le trafic maritime du port des Hauts-de-France a connu un net rebond l'an dernier et s’engage dans un rattrapage côté investissements. Au programme, l’agrandissement du terminal à conteneurs et le doublement des capacités ferroviaires.

Marfret veut capitaliser sur les marchandises non conteneurisées

Avec son service MPV reliant la Belgique et la France aux Antilles et à la Guyane, l'armateur marseillais a diversifié sa présence dans les Caraïbes en proposant une solution alternative aux lignes conteneurisées. Un bilan encourageant selon le dirigeant de la compagnie marseillaise Guillaume Vidil.

Conventionnels : une reprise conditionnée aux problèmes de capacité des porte-conteneurs et vraquiers

Après de longues années de récession, le marché du conventionnel est sorti l’an dernier de l’espace étroit où il avait été relégué, son fret siphonné par les porte-conteneurs et les vraquiers. Le manque de capacités lui a permis de revenir sur le devant de la scène mais les navires polyvalents restent vulnérables et la reprise pourrait être à durée déterminée, rappelle le dernier rapport sectoriel de Drewry.

Iter, le fond de cale de Marseille Fos sur le long terme  

Après de longues années d'absence, les colis au poids ou aux dimensions exceptionnelles ont repris le chemin du port phocéen. Les lots générés par le projet Iter et les bobines d'acier assurent quasiment le fond de cale des bassins Ouest tandis que les bassins Est ont retrouvé plus récemment des volumes réguliers de conventionnel.

Geodis affrète le UHL Faith

À situation extrême, mesure d’urgence. Après DSV, Geodis procède à son tour à l’affrètement en direct de navires pour pallier la faiblesse de l’offre et la pénurie d’équipements. Bien qu'ils ne soient pas destinés à transporter régulièrement des conteneurs, les conventionnels se posent en alternatives. Le phénomène avait déjà été observé en fin d’année dernière​.

Le conventionnel frigorifique a mieux résisté à la conteneurisation en 2020

Le marché global du transport frigorifique n’était pas en grande forme en 2019. L'an dernier, le conteneur réfrigéré a cessé de prendre des parts de marché aux navires conventionnels frigorifiques, paradoxalement à la faveur la crise sanitaire. Mais le conteneur devrait rapidement poursuivre son inexorable prise en main du segment.

Le reefer s'affirme face à son cousin dry

Le conteneur frigorifique​ devrait connaître une croissance annuelle de 3,7 % pour atteindre 156 Mt d'ici 2024, selon les prévisions de l'analyste Drewry. De ce point de vue, il supplante le vrac sec et le conteneur mais la pénurie d’équipements, particulièrement criante au plus fort de la crise du Covid, handicape son développement.

Pages