Les intérêts maritimes s'aiguisent pour les terminaux à conteneurs en Égypte

La concurrence s’exacerbe en Égypte, qui ambitionne de devenir le hub de transbordement de la Méditerranée orientale. En août, les plus grands armateurs mondiaux se sont positionnés dans un étrange concours de circonstances : Maersk à Port Saïd, CMA CGM et Cosco à Ain Sokhna, MSC à El Dekheila tandis qu’en mai Hapag-Lloyd a investi à Damiette. 6 juin 2022. Le Caire. À l’occasion d'une réunion avec le premier Ministre Mostafa Mabdouli, les ministres du Secteur public Hesham Tawfik, des...

Vers le blocage de la prise de participation de Cosco à Hambourg ?

En septembre 2021, le manutentionnaire allemand HHLA et Cosco Shipping Ports avaient annoncé un accord de principe en vertu duquel l'opérateur portuaire chinois prendrait une participation de 35 % dans un des trois terminaux exploités par HHLA à Hambourg et dont Cosco est l’un des grands clients. Mais entre-temps, deux nouvelles donnes ont changé le cours des affaires.

HMM va investir 11,5 Md$ dans les cinq prochaines années

Le groupe de transport sud-coréen va bénéficier d’un plan d’investissement pour porter la capacité du huitième armateur mondial de porte-conteneurs à 1,2 MEVP, contre 820 000 EVP aujourd’hui, et à l’exploitant de vraquiers d’acquérir 26 navires. Les compagnies asiatiques continuent d’afficher des résultats en record absolu à l’issue du second trimestre. Cosco en tête.

Conteneur : ces données qui annoncent le ralentissement

En dépit de la persistance du variant Omicron, l'économie mondiale avait bien démarré l’année avant que la situation ne se détériore en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie fin février puis des confinements qui se sont propagés aux mégapoles portuaires. Si la conjoncture du premier trimestre n’en porte pas encore complètement les traces, les indicateurs du ralentissement étaient bien ancrés. Ils se sont radicalement confirmés depuis.

ONE/Evergreen : la compétition pour la 6e place mondiale

Les lignes vont encore bouger dans la ligne régulière. Entre Maersk et MSC, le match pour la première marche du podium mondial est plié depuis janvier. Entre Cosco et CMA CGM, les jeux sont faits, la Française ayant ravi à la Chinoise la troisième place. C’est désormais le sixième rang que se disputent les compagnies japonaise et taïwanaise ONE et Evergreen. Affaire quasiment classée.

Maersk, Hapag-Lloyd, ONE, Cosco, OOCL, Evergreen : les volumes ne font pas les bénéfices

Les compagnies publient tour à tour leurs résultats financiers, Hapag-Lloyd et ONE pour les dernières. La congestion a significativement contraint les volumes transportés mais porte les bénéfices à des niveaux tels que les transporteurs ont réalisé en un trimestre ce qu’ils parvenaient difficilement à aligner sur une année.

Conteneur : les transporteurs régionaux ont particulièrement étoffé leur flotte en un an

En un an, les rapports de force n’ont pas sensiblement évolué au sein des opérateurs de porte-conteneurs. La toute-puissance des 25 premiers armateurs mondiaux est écrasante au 1er janvier 2022. Mais ce sont les transporteurs régionaux qui se distinguent par la croissance de leur flotte. En dépit de la rareté des navires, ils ont trouvé des tonnages.

MSC détrône Maersk de sa place de leader mondial

Chroniqué depuis un an, le nouveau leadership mondial dans la ligne régulière a été officialisé par Alphaliner le 5 janvier. Le numéro deux mondial du transport maritime de conteneurs MSC a délogé le leader mondial Maersk. À la faveur des commandes, des achats et de l’affrètement, dopés par l’embellie du secteur, les rapports de force se redessinent au sein des dix premiers transporteurs mondiaux de conteneurs.

Changement de gouvernance pour Cosco

La quatrième compagnie maritime mondiale dans le transport de conteneurs s'apprête à changer de tête. Atteint par l'âge de la retraite obligatoire pour les dirigeants d'entités publiques chinoises, Xu Lirong quitte ses fonctions de président...

La marque NileDutch va s'effacer derrière Hapag-Lloyd

La stratégie multimarque a bien peu d’avenir dans la ligne régulière. À part le très inspiré Cosco, qui a préservé jusqu’à présent la pépite OOCL, la fusion derrière l’identité de la maison-mère a concerné la plupart des opérations de fusion. Hapag-Lloyd, qui a mis la main en mars sur l’une des dernières compagnies indépendantes spécialistes de l’Afrique, semble s’inscrire dans cette « tradition ».

Pages