Ever Given : Shoei Kisen débouté de son appel

Le porte-conteneurs aux couleurs d’Evergreen désormais réputé pour avoir bloqué pendant une semaine le Canal de Suez, ne pourra pas reprendre la route. L’appel déposé par le propriétaire japonais du navire Shoei Kisen Kaisha pour contester la rétention du navire a été rejeté par la juridiction égyptienne. Le statut de la cargaison est des plus incertain.

UK P&I Club : appel contre la détention de l'Ever Given

L’assureur du propriétaire du porte-conteneurs qui s'est échoué dans le canal de Suez en mars a déclaré le 23 avril avoir déposé un recours devant un tribunal égyptien pour contester la validité de la détention du...

Ever Given : le déchargement des conteneurs envisagé

Evergreen Marine Corp. envisage de décharger les conteneurs de son navire afin que les marchandises puissent être acheminées vers leurs destinations finales. Un tribunal égyptien a saisi le porte-conteneurs mi-avril dans l’attente de la compensation de 916 M$ que l’Autorité du Canal de Suez exige. Un transfert complexe sur un plan technique mais aussi juridique. Toute initiative concernant les cargaisons est compliquée dans la mesure où Shoei Kisen a invoqué la clause d'avarie commune. De nombreuses inconnues.

L'Ever Given séquestré pour la seconde fois

Un tribunal égyptien aurait émis une saisine du porte-conteneurs, responsable du blocage à partir du 23 mars d’une des routes maritimes les plus fréquentées au monde. Dans l'attente d'une compensation de 916 M$ pour dommages et intérêts, rapportent des médias locaux, sans préciser auprès de qui cette somme est requise. Le nœud est pourtant bien à cet endroit.

Ever Given/Suez : l'Égypte pourrait demander plus d'1 Md$ de compensation

Les 422 navires bloqués par l'échouement du porte-conteneurs Ever Given dans le canal de Suez ont transité par le canal le 3 avril, a déclaré l'autorité du canal. L’Égypte demande compensation tandis que le propriétaire du navire aurait déclaré l’avarie commune.

Le canal de Suez entravé mais libéré

Le porte-conteneurs Ever Given qui a mis un coup d’arrêt pendant une semaine à la circulation dans l’une des principales routes maritimes entre l’Europe et l’Asie, a été remis à flot et conduit vers le Grand lac Amer. La circulation a repris ses droits, tandis que le nombre de jours nécessaires pour que l’artère vitale redevienne fluide devient un sujet de spéculations. Les demandes d’indemnisation seront également au centres des débats à venir.

Ever Given/Suez : une réorganisation précipitée dans le conteneur

Selon Leth Agencies, 327 navires étaient en attente à l’ancre le 28 mars. Plus de 300 000 conteneurs seraient ainsi bloqués sur l’une des principales artères maritimes du commerce international. Si les compagnies dont les navires se sont trouvés pris au piège dans le canal ont d’abord « attendu de voir s’il y avait des progrè s », c’est désormais le grand chambardement pour réorganiser tous les services. Déroutement, ports refuges, changement de cap...

Ever Given/ Suez : une répétition de Panama pour le GNL ?

Avec 8 % des échanges mondiaux de GNL, le canal de Suez est une voie de transit clef pour le gaz naturel liquéfié. Pour l’heure, les analystes n’anticipent pas de problématique particulière si le blocage ne persiste pas au-delà de quelques jours. Le GNL entre dans une saison entre deux eaux. Les taux d’affrètement sont bas.

Ever Given/Suez : une bonne nouvelle pour les pétroliers ?

Le blocage du canal de Suez a eu pour effet de faire monter en flèche les prix du pétrole et les tarifs des pétroliers. La production et la demande pourraient être affectées si les navires sont contraints de trouver des itinéraires alternatifs et plus longs. Mais selon les analystes et courtiers, la situation devrait profiter aux taux de fret.

Canal de Suez : trois jours de blocage, 180 navires en attente, une accidentologie pourtant faible

Si l’incident de l’ Ever Given anime actuellement la planète médiatique pour son côté spectaculaire, l’une des routes maritimes les plus fréquentées au monde, « chokepoint » du fait de l’étranglement qu’elle impose à la circulation, reste un lieu peu concerné par les incidents de navigation. Cependant, les échouements en sont la cause la plus fréquente.