GNL : les deux recours déposés contre le terminal d'importation au Havre rejetés

Dans un arrêt en date du 19 janvier, le tribunal administratif de Rouen – institué par le décret ministériel du 29 septembre 2022 comme unique instance pour statuer sur les recours –, a rejeté les deux référés déposés le 13 janvier par Europe écologie-Les Verts (EELV) Le Havre et Normandie. Le cinquième terminal méthanier français, flottant, prévu sur le port du Havre devrait être amarré en juin pour une mise en service en septembre. Caractère d’urgence...

GNL : la France et l'Allemagne à marche forcée pour éviter les recours

Pour s’affranchir du gaz russe, face au « péril » énergétique, la France, qui a programmé un cinquième terminal méthanier au Havre, et l’Allemagne, qui vient d’amarrer le troisième FSRU à Brunsbüttel, ont usé de pratiques similaires pour accélérer la délivrance des autorisations administratives et créer un régime juridique contentieux spécifique qui encadre les voies de recours.

L'Allemagne inaugure son deuxième terminal d'importation de GNL

Quelques semaines après celui de Wilhemshaven, un second terminal d'importation de gaz naturel liquéfié a été inauguré en Allemagne, à Lubmin, sur la côte baltique, en présence du chancelier Olaf Scholz. Bien que ce second « coup » soit privé, avec TotalEnergies en partie prenante, Berlin prouve sa capacité à réagir alors que son marché énergétique est menacé de dislocation depuis la mise au ban internationale de la Russie.

L'Allemagne met le paquet sur le GNL

Le gouvernement allemand va contribuer à hauteur de 62 M€ à la construction de trois souteurs de GNL confiés au chantier naval Flensburger Schiffbau-Gesellschaft (FSG). Berlin s’active par ailleurs pour pallier les importations de gaz russe. Le premier terminal d’importation de GNL est entré en opération en décembre dans le port de Wilhelmshaven.

Première livraison de GNL australien en Europe

Le premier méthanier chargé de GNL d’origine australienne a accosté au port de Rotterdam le 27 novembre. Il s’inscrit dans le cadre d’un contrat d’achat entre la société australienne Woodside Energy et le principal fournisseur allemand d...

Les terminaux méthaniers français tournent à plein régime

L’année 2022 est exceptionnelle pour l’activité des terminaux méthaniers français. La conférence organisée le 24 novembre par France gaz maritime et l’Association française du gaz a permis d’en prendre la mesure. Elengy, filiale de GRTgaz qui exploite trois des quatre de ces points d’importation de GNL, constate une activité en hausse de 70 % par rapport à 2021.

Le port de Wilhelmshaven prêt à recevoir son terminal méthanier flottant

L’Allemagne, qui s’empresse de se doter de FSRU à défaut de disposer de terminaux méthaniers terrestres, va pouvoir compter sur sa première unité flottante de stockage et de regazéification à Wilhelmshaven. Le site portuaire est prêt à accueillir le Esperanza de Hoegh LNG, qui reçoit actuellement les aménagements sur le chantier breton de Damen à Brest.

Un FSRU opérationnel en Finlande en décembre

Le maillage européen en unités flottantes de stockage et de regazéification de GNL, solution d’importation rapide du gaz, se poursuit. L’opérateur américain Excelerate assure que le FSRU Exemplar entrera en service en Finlande en décembre.

L'américaine Excelerate capitalise sur la demande européenne en FSRU

L’entreprise nord-américaine, qui opère des terminaux flottants de GNL, vient de passer commande d’une nouvelle unité flottante de stockage et de regazéification (FSRU) au constructeur sud-coréen HHI, dont la livraison est prévue pour juin 2026. Cette commande porte à 11 son portefeuille de regazéifieurs en service ou en construction. L’entreprise est portée par la forte demande européenne, le Vieux Continent cherchant à s’affranchir du gaz russe.

L'ascension fulgurante de l'Allemagne en tant qu'importateur de GNL

Berlin, qui n’avait pas de terminaux méthaniers avant la guerre en Ukraine, s’est doté d’une capacité de regazéification et d’importation de GNL à une allure militaire. La première économie européenne, dont l’industrie est particulièrement vorace en énergies, a confirmé le 1er septembre un nouveau projet de FRSU, déjà annoncé, avec notamment le groupe français Engie. L'ensemble des projets, privés et publics, couvriront environ un tiers de la demande totale de gaz de l'Allemagne.

Pages