Hapag-Lloyd : une nouvelle lutte de pouvoir ?

La flambée du cours de l’action d’Hapag-Lloyd alimente toutes les spéculations sur une lutte de pouvoir entre actionnaires pour le contrôle.

Hapag-Lloyd investit 1 Md$ pour un opérateur de terminaux sud-américain

Le transporteur maritime allemand poursuit sa stratégie d’acquisition dans la manutention portuaire, secteur dans lequel il accuse du retard par rapport à ses concurrents. Il met sur la table une somme conséquente pour acquérir un groupe chilien qui exploite dix terminaux, principalement en Amérique du Sud et centrale. Non sans risques dans des pays en proie à une instabilité chronique.

Les intérêts maritimes s'aiguisent pour les terminaux à conteneurs en Égypte

La concurrence s’exacerbe en Égypte, qui ambitionne de devenir le hub de transbordement de la Méditerranée orientale. En août, les plus grands armateurs mondiaux se sont positionnés dans un étrange concours de circonstances : Maersk à Port Saïd, CMA CGM et Cosco à Ain Sokhna, MSC à El Dekheila tandis qu’en mai Hapag-Lloyd a investi à Damiette. 6 juin 2022. Le Caire. À l’occasion d'une réunion avec le premier Ministre Mostafa Mabdouli, les ministres du Secteur public Hesham Tawfik, des...

Hapag-Lloyd s'engage sur six navires pendant cinq ans

Le marché de l'affrètement sort de sa léthargie et la confiance des armateurs de la ligne régulière dans la solidité de la demande reste intacte en dépit des nombreux signaux faibles. Affrèter dans un contexte où le prix des constructions neuves sont particulièrement élevés peut avoir du sens. En témoigne le contrat d’affrètement signé par le propriétaire de porte-conteneurs Global Ship Lease avec Hapag-Lloyd pour six porte-conteneurs de 6 900 EVP.

Un bénéfice de 8,7 Md€ pour Hapag-Lloyd au premier semestre 2022

À contre-courant d’une conjoncture en récession, le numéro cinq mondial du transport maritime conteneurisé a réalisé de nouvelles prouesses au deuxième trimestre de l’exercice 2022. Hapag-Lloyd termine les six premiers mois de l’année sur un résultat d'exploitation de 10 Md€ et un bénéfice net de 8,7 Md€ alors que ses volumes sont inchangés et que ses coûts d’exploitation ont augmenté de 34 %.

Afrique de l'Ouest : Hapag-Lloyd et Arkas écartent Hambourg au profit du Havre

Le transporteur allemand et l’armateur turc modifient les escales de leur service hebdomadaire Europe du Nord - Afrique de l'Ouest. Valse entre Hambourg, Le Havre et Casablanca. Hapag-Lloyd et Arkas, qui exploitent en commun un service hebdomadaire entre Europe du Nord et Afrique de l'Ouest, ont redistribué les escales, situation qui profite au Havre au détriment du port allemand de Hambourg tandis que la place marocaine Casablanca a été supprimée. Dans la boucle commercialisée sous WAX pour Hapag-Lloyd et EAS pour Arkas (ONE co-charge...

Hapag-Lloyd célèbre ses 175 ans d'histoire(s)

Le 27 mai 1847, un groupe d'armateurs et de marchands fondait la Hamburg-Amerikanische Packetfahrt-Actien-Gesellschaft (Hapag) à Hambourg. Ce n'est qu'en 1970 que Hapag-Lloyd AG est née de la fusion de Hapag avec North German Lloyd, basée à Brême. Du transport de courrier et de passagers, notamment d'émigrants en direction de l'Amérique du Nord, aux célèbres boîtes en acier inventées par Malcolm McLean, l’histoire du transport maritime revisitée à travers l’aventure de Hapag-Lloyd.

Conteneur : ces données qui annoncent le ralentissement

En dépit de la persistance du variant Omicron, l'économie mondiale avait bien démarré l’année avant que la situation ne se détériore en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie fin février puis des confinements qui se sont propagés aux mégapoles portuaires. Si la conjoncture du premier trimestre n’en porte pas encore complètement les traces, les indicateurs du ralentissement étaient bien ancrés. Ils se sont radicalement confirmés depuis.

Hapag Lloyd rejoint Medlink Ports

Le transporteur allemand de conteneurs est le premier armateur à se rallier à l’agence de développement des ports de l’axe Rhône-Saône. Créée à l’origine pour faire la promotion du bassin rhodanien, Medlink Ports, qui s’était déjà ouverte aux ports de Sète et Toulon et à SNCF Réseau, souhaite désormais attirer des compagnies maritimes et des manutentionnaires. Car la donne a changé.

Pages