Construction navale : la Corée du sud supplantée par la Chine

Les chantiers navals coréens n'ont pas réussi à défendre leur position de leader annuel dans la commande. Après trois ans d’hégémonie, les constructeurs sud-coréens se font doubler par la Chine. Les porte-conteneurs n’y sont pas étrangers.

Les commandes de VLCC se multiplient

China Merchants Energy Shipping (CMES) a passé une commande pour la construction de deux très grands transporteurs de brut (VLCC) de 307 000 tpl au chantier naval chinois Dalian Shipbuilding Industry (DSIC). De son côté, le constructeur sud-coréen Hyundai Heavy obtient un accord pour la construction de deux VLCC de 300 000 tpl équipés de scrubbers.

HHI reçoit une commande pour deux transporteurs de brut

Le constructeur naval sud-coréen a obtenu une commande pour deux transporteurs de brut. le contrat, signé le 6 mai, s’élève à 122 M$. Le duo doit être livré à son propriétaire, non révélé, d'ici la mi-février 2022. HHI a reçu jusqu'à présent cette année des commandes totalisant une valeur de 1,4 Md$ pour la construction de 22 navires, selon Yonhap. HHI est l’un des chantiers de Korea Shipbuilding & Offshore Engineering Co avec Hyundai Samho Heavy...

Fusion HHI-DSME : La réorganisation approuvée, les syndicats n'en démordent pas...

Malgré l'opposition de son personnel, les actionnaires de HHI ont voté en faveur de la scission de la société actuelle et de sa substitution par une holding qui chapeautera les activités de construction navale. Une réorganisation motivée par le projet de fusion avec sa compatriote DSME. À l'issue de ce processus, le Sud-Coréen détiendrait 21,2 % du carnet de commandes mondial.