Des livraisons et des commandes singulières en juin

Le mois de juin aura été particulier du point de vue des livraisons et des prises de commandes de porte-conteneurs neufs, rythmé par de grandes Premières. Du plus grand navire au monde construit par la Chine pour Evergreen à la renaissance de PIL, dont le portefeuille de commandes modeste témoigne néanmoins d’une restauration de ses liquidités. De la nouvelle série au méthanol pour Maersk au mimétisme singulier de MSC et de CMA CGM qui se comportent en frères siamois.

Qu'en est-il des 16 nouvelles commandes de CMA CGM ?

La commande des six premiers porte-conteneurs a retenu particulièrement l’attention car elle constitue une diversification du portefeuille de l’armateur, militant de la première heure du GNL. Elle a occulté celle des quatre nouvelles unités de plus de 23 000 EVP au GNL alors que le troisième armateur en a déjà neuf en service. CMA CGM sera ainsi en mesure d'assurer la totalité de son service Asie-Europe FAL1 avec une flotte homogène de grands navires au GNL.

Maersk étrenne le commerce côtier de conteneurs en Chine

Maersk est le premier transporteur étranger à exploiter un porte-conteneurs sur les lignes intérieures en Chine. Le géant asiatique a lancé une expérimentation pilote de deux ans visant à assouplir les règles de cabotage.

ONE/Evergreen : le concours pour la 6e place mondiale

Les lignes vont encore bouger dans la ligne régulière. Entre Maersk et MSC, le match pour la première marche du podium mondial est plié depuis janvier. Entre Cosco et CMA CGM, les jeux sont faits, la Française ayant ravi à la Chinoise la troisième place. C’est désormais le sixième rang que se disputent les compagnies japonaise et taïwanaise ONE et Evergreen. Affaire quasiment classée.

Hapag-Lloyd revoit à la hausse ses bénéfices pour 2022

Après Maersk, l’armateur allemand de porte-conteneurs relève de 2,5 Md$ ses projections financières pour l’année alors même que les volumes transportés ont chuté. Tour à tour, les compagnies maritimes mais aussi les commissionnaires de transport revoient à la hausse leurs bénéfices mais à la baisse la croissance de la demande. Il y a en effet suffisamment d’éléments conjoncturels pour jouer les coupe-feux dans la demande de conteneurs.

Onze compagnies maritimes entendues par la FMC

La semaine dernière, l’autorité américaine de régulation du transport maritime a achevé la première phase de l’audit de 11 compagnies maritimes. Il s’agit de déterminer si les plaintes des chargeurs américains sont fondées. À savoir s’ils ont été sciemment lésés par les compagnies durant la crise sanitaire.

MSC rejoint le cercle des exploitants de porte-conteneurs au GNL

Le MSC Washington ouvre la séquence des livraisons au GNL pour l’armateur suisse. MSC a mis du temps avant d’arrêter une stratégie de décarbonation et d'arbitrer en faveur du GNL. À ce stade, sur un carnet de commandes consolidé, qui compte 77 navires, 32 seront propulsés au gaz naturel liquéfié et une vingtaine, prêts à être convertis.

Maersk assure son approvisionnement en méthanol

Pour sa future flotte au méthanol, l’approvisionnement reste le principal défi. L'armateur danois s'est associé à six sociétés, fournisseurs d’énergies, pour sécuriser au moins 730 000 t de méthanol par an. Bien plus qu’il n’en faut pour ses douze futurs porte-conteneurs de 16 000 EVP. En cours de construction chez le constructeur sud-coréen HHI, ils doivent être livrés en 2024 et 2025.

European Energy va produire le e-méthanol pour Maersk

Siemens Energy a été retenu par le groupe danois European Energy pour fournir un électrolyseur de 50 MW qui sera connecté à une unité de production d'e-méthanol au Danemark. Le carburant est notamment destiné au premier porte-conteneurs au méthanol de Maersk.

Joe Biden, discours sur l’état de l’Union : « Nous allons sévir contre les transporteurs maritimes qui pratiquent une tarification abusive »

Dans son premier discours sur l’état de l’Union le 1er mars devant le Congrès, le président américain a porté un jugement sévère à l’égard des tranporteurs maritimes de conteneurs. Entre une longue diatribe contre le « dictateur Poutine », la nécessite de justice sociale et la compétition avec la Chine. Dans un discours « touche-à-tout ».

Pages