Bolloré : fret aérien en hausse, flux maritimes en baisse, Afrique en difficulté

Le groupe français a publié des résultats en baisse de 3 % au titre de l'exercice 2020. Les taux de fret aérien ont partiellement compensé le ralentissement des flux maritimes, la baisse des revenus de logistique pétrolière et les difficultés de Bolloré Africa Logistics.

Décarbonation : quel coût pour le consommateur et les intermédiaires ?

« Dans un conteneur avec des baskets du Vietnam, le coût de la décarbonation pour le consommateur se traduirait par environ six cents par paire de baskets », a assuré S ø ren Skou, le PDG d'A.P. M ø ller-Maersk, dans un entretien à la BBC. La question se pose alors que la décarbonation du transport maritime, particulièrement complexe, nécessiterait un investissement de 1,65 trillion de dollars d’ici 2050.

Golfe de Guinée : l’UE s’attaque à la piraterie

Ces dernières semaines, les actes de piraterie maritime ont redoublé d’intensité dans le golfe de Guinée. L’actualité en donne une nouvelle illustration. Un groupe de pirates serait à l'origine d'au moins cinq incidents dans la région ces quatre derniers jours dans ce qui s’apparente à des actions coordonnées. Le 25 janvier, l’UE a annoncé la mise en oeuvre de son concept de « présences maritimes coordonnées » au large de la côte ouest africaine.

Marseille-Fos : 10 Mt de trafics et 20 M€ de chiffre d’affaires en moins en 2020

Dans un contexte inédit, le port de Marseille Fos a enregistré en 2020 un trafic en baisse de 12,7 % par rapport à l’an dernier, atterrissant à 69 Mt. Aucune filière n’échappe à la sanction si ce n’est quelques flux conjoncturels. Néanmoins, il maintient ses investissements, planifiés à 342 M€ d’ici 2024.

Jean-Marc Lacave, délégué général d’Armateurs de France : « Nos propositions pour la marine marchande ne sont pas une liste de courses à la Prévert »

Agenda du Fontenoy, situation de la filière maritime française, perturbations liées au coronavirus, ambitions pour la marine marchande, taxation carbone, convictions sur la transition énergétique…, Jean-Marc Lacave, délégué général d’Armateurs de France, ancien directeur du port autonome du Havre et ex-cadre dirigeant de CMA CGM n’élude rien. Entretien.

Neoline, Towt, Alizés : voiliers cargos ou cargos à voile, où en sont-ils ?

Les trois représentants de la filière vélique française, représentée par une quinzaine d’acteurs, sont particulièrement avancés dans leurs projets, dans la dernière ligne droite avant la mise en service de leurs premiers navires. Ils ont surtout réussi à adresser de grands et notoires chargeurs, pas de ceux qui investissent à la légère.

Le vent de la considération va-t-il enfin tourner en faveur de la propulsion à la voile ?

En manque de visibilité auprès des acteurs politiques et des investisseurs alors qu’elles portent des projets en phase avec les urgences climatiques et commercialement crédibles après de grands chargeurs, les entreprises de la filière vélique ont le défaut d’être gourmandes en capitaux. En un tour d’horizon très complet, Armateurs de France a tout dit dans un atelier organisé la semaine dernière. Il manque juste à la filière une véritable politique industrielle pour se projeter sur du long-terme…

Les majors pétrolières abattent leur carte verte

Alors que se profile un rendez-vous clef à l'Organisation maritime internationale sur sur le plan d’actions pour tendre vers un horizon neutre en carbone, les trois majors européennes Shell, Total et BP se pressent sur l'autel médiatique pour poser des jalons sur ce qu’elles considèrent comme les carburants de la prochaine génération.

Pages