CII : les armateurs démontrent l’absurdité du système de calcul

Alors que les deux normes EEXI et CII ont été introduites le 1er novembre dans la Convention Marpol en vue d’une application au 1er janvier 2023, les réactions s’enchaînent depuis que MSC a pris la parole pour épingler les défauts du système. Le navire le moins performant selon le règlement CII est un navire immobile au port, n'émettant pratiquement pas de CO2, fait observer le leader de la ligne régulière.

Décarbonation : l'ICS veut récompenser les vertueux

Désavouée sur sa précédente proposition qui consistait à prélever une contribution sur la tonne de combustible de soute ou de CO2 pour financer le développement de carburants de rupture, la Chambre internationale de la marine marchande (ICS) a soumis à l’OMI une nouvelle version qui repose sur un système de « financement et de récompense ».

La déclaration de la perte de conteneurs obligatoire avant 2026 ?

Le huitième sous-comité du transport des cargaisons et des conteneurs de l’Organisation maritime internationale (OMI), qui s’est tenu du 14 au 23 septembre, a notamment validé des propositions d’amendements aux conventions Solas et Marpol qui prévoient de rendre obligatoire la déclaration de pertes de conteneurs.

EEXI : quadrature du cercle ou nœud gordien ?

À 103 jours de l'entrée en vigueur des nouvelles exigences en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre du secteur maritime, les trois-quarts de la flotte mondial ne seront pas conformes, a alerté VesselsValue. Pour beaucoup, seuls les futurs carburants auront un impact positif significatif sur les indices EEXI et CII. En attendant, les armateurs auraient plutôt tendance à prolonger la durée de vie des navires avec le risque d'allonger aussi celle des combustibles fossiles.

Piraterie : suppression de la zone à haut risque de l'océan Indien

Le 1er janvier 2023, la zone à haut risque (ZHR) pour la piraterie le long des côtes de l'océan Indien sera supprimée après une quinzaine d’années consacrées à en réduire la menace. Aucune attaque contre des navires marchands n'a été enregistrée au large de la Somalie depuis 2018.

La Chine a soumis à l'OMI son plan de décarbonation du transport maritime

La Chine, soutenue par le Brésil, l'Afrique du Sud, l'Argentine et les Émirats arabes unis, a soumis à l'OMI le cadre juridique et financier qui permettrait de stimuler l'adoption d'alternatives aux énergies fossiles tout en réglant le différentiel de coûts avec les carburants d'origine fossile. Une avancée notable pour des pays qui ne sont pas connus pour leur activisme sur ces questions à l'OMI.

MSC rejoint le cercle des exploitants de porte-conteneurs au GNL

Le MSC Washington ouvre la séquence des livraisons au GNL pour l’armateur suisse. MSC a mis du temps avant d’arrêter une stratégie de décarbonation et d'arbitrer en faveur du GNL. À ce stade, sur un carnet de commandes consolidé, qui compte 77 navires, 32 seront propulsés au gaz naturel liquéfié et une vingtaine, prêts à être convertis.

Crise russo-ukrainienne : l'OMI convoque une session extraordinaire

Selon Bloomberg , il y aurait environ 140 navires bloqués dans la région de la mer Noire et de la mer d'Azov, susceptibles d’être pris entre deux feux et exposant plus d’un millier de marins à la merci de tirs de mine ou de missile. Pressée par plusieurs organisations maritimes, l’OMI a convoqué une session extraordinaire les 10 et 11 mars à la demande de plusieurs des 40 membres du Conseil.

Les méthaniers, freins à la décarbonation mondiale ?

Selon la société de classification Lloyd’s Register, les deux premières générations de méthaniers, soit 400 unités sur les 610 que compte la flotte mondiale, répondront difficilement aux prochaines exigences de l’OMI. Dans le contexte actuel, où le GNL est la seule alternative immédiatement disponible pour remplacer le charbon dans la production d’électricité, leur non-conformité réglementaire risque de retarder la décarbonation.

Pages