Soutage
 : 
Le GNL à Marseille dès 2019

Contraints par la directive de 2015, les ports du nord de l’Europe ont été naturellement les premiers à déployer des solutions d’avitaillement des navires au GNL. Concernés à leur tour par la réglementation qui impose aux armateurs à partir de 2020 de réduire leurs émissions de soufre à 0,5 %, les ports du sud emboîtent le pas à leurs homologues du Nord. Marseille-Fos, qui dispose de plusieurs terminaux méthaniers, annonce une solution opérationnelle dès 2019.

OPEP
 : 
30 % des armateurs ne se conformeront pas rapidement au plafond de soufre

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) s'attend à un niveau élevé de non respect du plafond de soufre de 2020, en particulier au cours des premières années d'application. Quoi qu'il en soit, les groupes pétroliers sont à la manoeuvre. Exxon, Shell et Total s'agitent ...

DHT : 50 M$ pour s'équiper en scrubbers

La compagnie pétrolière DHT Holdings a annoncé avoir obtenu les fonds nécessaires - à hauteur de 50 millions de dollars - pour installer des scrubbers sur sa flotte. Le financement est assuré par facilité de crédit majorée, disponible...

Hausse du carburant
 : 
Maersk annonce de nouvelles surtaxes

Après avoir expliqué que la conformité à la réglementation sur le soufre dans les carburants se solderait par un surcoût de sa facture énergétique de l’ordre de 2 Md$ sur un an, le leader mondial annonce qu'il introduira dès le 1er janvier 2019 une surcharge "bunker" en guise d'ajustement conjoncturel. Soit un an même avant l'entrée en vigueur des nouvelles règles de Marpol. Les chargeurs s'étonnent de ces clauses de "revoyure" à leur contrat souvent négocié dans la mesure où les armateurs bénéficieraient de couvertures pour se prémunir du risque d'instabilité des cours de pétrole.

Surtaxes
 : 
Refuser, accepter ou contester, l'équation difficile

Après Maersk, CMA CGM. Les deux armements ont annoncé coup sur coup qu'ils appliqueraient une surcharge pour compenser les frais liés à la mise en oeuvre de la convention Marpol, imposant de revoir la teneur en soufre des carburants marins. Le sentiment que tout est prétexte aux frais additionnels risque de réarmer les chargeurs et organisateurs de transports dans leur contestation d'un mécanisme qu'ils n'ont jamais compris.

Soufre
 : 
Hapag Lloyd fait également part de ses inquiétudes

Après Maersk, qui a fait part d'un certain nombre de doutes quant à la nouvelle réglementation sur le soufre qui doit être en vigueur en 2020, Rolf Habben Jansen, PDG de Hapag-Lloyd, vient d'exprimer les siens à l'occasion du SMM de Hambourg. Côut des énergies futures, manque d'anticipation des fournisseurs, surcoûts financiers ...

IMO 2020
 : 
Scrubbers ou pas scrubbers ?

Si les fabricants de scrubbers voient leur carnet de commandes enfler sous l’effet des exigences de l’OMI de 2020 sur les émissions de dioxyde de souffre, la prudence chez les armateurs prévaut.

Pages