Conteneurs : Phénoménal

En une seule année, qui ne ressemble à aucune autre, il s’est passé tant et tellement de choses qu’il y aurait la matière pour tenir en une décennie. Pendant 365 jours, d’une fulgurance éreintante, le transport maritime a été placé en orbite géostationnaire et aux premières lueurs de 2022, il n’a toujours pas retrouvé son axe de gravité. La demande de transport a été sans pitié et ne manifeste pas le moindre signe d’essoufflement, ou si peu, alors que...

Les propriétaires de navires non-exploitants sereins jusqu'en 2025

La courbe des tarifs d’affrètement a longtemps résisté avant de finir par croiser la trajectoire des taux de fret. Si la valeur des navires affrétés et le montant des transactions de seconde main ont été divisés par deux dans certaines catégories, les compagnies ont encore enregistré de solides résultats au troisième trimestre. Ils sortent toutefois de deux années exceptionnelles avec un bataillon plus léger, ayant cédé au raid sur les navires opéré par les compagnies.

Maersk, MSC et ZIM condamnent un premier service entre l'Asie et la côte est-américaine

ZIM, qui ne fait partie de l’alliance 2M mais coopère avec Maersk et MSC depuis 2018 pour partager de la capacité sur plusieurs boucles entre l'Asie et la côte Est des États-Unis, ferme l’un d’entre eux. Ajuster la capacité au ralentissement de la demande, justifient les trois partenaires.

Conteneur : du plafond au plancher

La fièvre est retombée. Le thermomètre du secteur conteneurisé qu’est l’indice SCFI est revenu à un niveau d’un peu plus de 1 000 points. Comme un symbole, l’arriéré de porte-conteneurs dans les ports ouest-américains, les plus congestionnés au monde, a été jugulé. La fin d’une saga portuaire de vingt-cinq mois.

Après la pénurie, les conteneurs sont rattrapés par le surplus

Sur les quais, les dépôts de conteneurs débordent, dernière manifestation du ralentissement économique et de la faiblesse de la demande alors que les taux de fret, sur certaines routes, ont déjà retrouvé leur niveau d’avant pandémie voire même sont légèrement inférieurs. Selon des données convergentes, il y aurait plus de 6 millions d'unités en excès.

Conteneur : retour à la réalité de 2019

Parce que l’offre de navires augmente au moment même où il y a un grand coup de frein sur la demande mondiale de transport de conteneurs et parce que la congestion, qui a contribué à soutenir artificiellement le marché, se dissipe rapidement, il semble ne plus y avoir ni soutien pour revenir aux taux élevés de ces deux dernières années, ni appui pour endiguer la baisse actuelle des taux. Décryptage.

Chute accélérée de l'affrètement de porte-conteneurs

L’affrètement des porte-conteneurs n’échappe pas à la baisse extrêmement rapide du secteur. Les indices de référence, qui ont résisté plus longtemps, subissent désormais des baisses bien plus importantes que les taux de fret. La demande de navires s’éteint, traduisant un changement d’appréciation des armateurs pour leur environnement de marché.

Conteneur : changement d'atmosphère

Les taux de fret ont poursuivi leur décrue la semaine dernière sur toutes les routes maritimes et se rapprocheraient désormais des niveaux observés en juin 2020, c'est-à-dire lorsque les prix ont commencé à augmenter pendant la pandémie. Le panorama aura bien changé en un an. Des stocks vides, asséchés par la demande, au trop-plein, faute de consommation. De la sous-capacité des navires à la surcapacité. Gros temps en perspective.

Des perspectives brouillées pour le conteneur

Dans son analyse du marché, le Bimco doit reconnaître qu’elle peine à identifier les points positifs actuellement compte tenu des nombreux « vents contraires ». L’organisation maritime internationale anticipe une faible croissance de la demande de transport cette année, entre 1 et 2 %, mais de l’ordre de 3 à 4 % en 2023. Les taux de fret vont poursuivre leur descente sans revenir à leur niveau d’avant pandémie, est-elle plus assurée. Premier renversement de l’ordre établi ces deux dernières années : le transpacifique n’est plus la route maritime la plus lucrative.

Reefer : les taux de fret ont augmenté de plus de 50 % depuis le début de l'année

Les taux de fret des conteneurs frigorifiques, qui s'étaient légèrement redressés en 2021, ont terminé le semestre sur une progression de plus de 50 %. Mais une stabilisation est déjà en cours sur certains trades alors que l’année 2023 s’annonce en baisse, les chargeurs repoussant des taux de fret considérés comme insoutenables.

Pages