Xeneta : surprime pour transporter un conteneur vers le Royaume-Uni

Pour transporter un conteneur depuis l’Asie vers un des ports britanniques, le chargeur doit payer près de 1 000 $ de plus que vers un port nord-européen. La vie est plus onéreuse dans un monde post-Brexit. Si historiquement, les taux de fret depuis l’Asie vers les...

La capacité de regazéification à la peine en Europe ?

Pour accueillir plus de GNL importé, encore faut-il avoir la capacité de le traiter. En cas de perturbations prolongées de l'approvisionnement en gaz, notamment si des sanctions frappaient la Russie, les terminaux de GNL européens seraient limités pour absorber un surplus en provenance des États-Unis ou d'autres grands producteurs.

Transport & Environment : « D'ici à 2030, un quart du trafic maritime européen sera assuré par des navires au GNL »

L'ONG n'en est pas à son premier argument. La politique climatique européenne à peine présentée – et notamment la directive sur les carburants FuelUE maritime –, elle avait déjà vertement critiqué le fait que le GNL soit considéré comme un carburant maritime vert de transition. Dans une nouvelle étude, elle revient à la charge, estimant qu’en l’état, la copie européenne fixe les combustibles fossiles au lieu de dérouler le tapis vert aux carburants durables.

L'Europe s'affirme en première destination du GNL américain

En février, et pour le troisième mois consécutif, la demande de l'Europe pour le GNL portera au plus haut les exportations de gaz américain au point de représenter les trois-quarts des volumes. Les unités de liquéfaction américaines tournent à plein régime. Le week-end dernier, et pour la première fois, il y avait des méthaniers amarrés à l’ensemble des terminaux de Louisiane.

CMA CGM décroche la gestion du terminal à conteneurs de Beyrouth

Le groupe de transport maritime français a emporté la concession du terminal à conteneurs de Beyrouth, infrastructure essentielle à l’approvisionnement du Liban et à l’économie portuaire. CMA CGM n’a jamais cessé d’investir dans ce pays en dépit de la situation financière, économique et politique. Au lendemain de l’explosion meurtrière en août 2020, la compagnie marseillaise s’était improvisée en tête de proue d’une logistique internationale d'urgence.

Robert Maersk Uggla : retour de la famille Maersk à la présidence du conseil d'administration

Le conseil d'administration d'A.P. Møller-Maersk a l'intention d'élire Robert Mærsk Uggla pour succéder à Jim Hagemann Snabe à la présidence à l’issue de l'assemblée générale annuelle prévue le 15 mars. C’est un événement au Danemark et pour l’entreprise. La famille Maersk n'a pas occupé la plus haute fonction du conseil depuis Maersk Mc-Kinney Møller en 2003.

Maersk et MSC interrompent le partage de navires avec SM Line

Depuis un accord signé en février 2020, la compagnie sud-coréenne était liée aux numéros un et deux mondiaux de la ligne régulière par des partages de capacités et de créneaux sur des services entre la Chine et la côte ouest-américaine. L'échéance du partenariat avait pourtant été fixée au 31 mars 2023.

Après dix ans de pertes, HMM de retour au faste

Le huitième transporteur maritime mondial de conteneurs, dont la capacité approche le million de conteneurs, a soldé l’année 2021 sur un résultat net multiplié par 40, à 4,6 Md$. Plusieurs fois sauvée in extremis de la faillite par ses actionnaires publics, sa bonne fortune relance le processus de sa privatisation. Un long fleuve intranquille que le parcours de HMM.

Le prix des carburants maritimes sur le point de pulvériser les jauges historiques

Ce n’est une bonne nouvelle ni pour les exploitants de navires ni pour les clients du conteneur, secteur où la surcharge carburant se répercute. Selon la dernière évaluation de Ship & Bunker, le prix moyen du VLSFO dans les 20 principaux ports de soutage atteint désormais les 731,50 $ la tonne. En cause, le prix du gaz et le changement de combustible pour les méthaniers.

Pages