Charbon : les flux se réorganisent 

Le conflit prolongé sur le charbon entre la Chine et l'Australie, grande nation du vrac sec et premier client du géant chinois, modifiant la structure des échanges, certains pays s’empressant de pallier les défaillances du charbon australien. Une bonne nouvelle pour l’emploi des navires et le tonnage-km ? Pas évident.

Conventionnels : une reprise conditionnée aux problèmes de capacité des porte-conteneurs et vraquiers

Après de longues années de récession, le marché du conventionnel est sorti l’an dernier de l’espace étroit où il avait été relégué, son fret siphonné par les porte-conteneurs et les vraquiers. Le manque de capacités lui a permis de revenir sur le devant de la scène mais les navires polyvalents restent vulnérables et la reprise pourrait être à durée déterminée, rappelle le dernier rapport sectoriel de Drewry.

La paradoxale désaffection pour le recyclage

Alors que les prix de la ferraille sont particulièrement élevés, l’activité de recyclage manque de tonnages. Dans certains segments du transport maritime, les vieilles unités, pour lesquelles les propriétaires ne sont pas disposés à supporter le coût de la mise en cale, feraient pourtant d’excellents candidats.

Chine/Australie : le pavillon du Panama sollicite l'intervention de l'OMI

Le premier registre mondial de navires demande la médiation de l'Organisation maritime internationale dans le différend commercial entre la Chine et l’Australie qui bloque actuellement 74 vraquiers et 1 500 membres d’équipage au large des ports chinois. Le droit international prime sur le différend commercial, signifie le pavillon.

Sinotrans met en vente sept vraquiers

La compagnie chinoise a mis en vente sept vraquiers, du handysize au panamax, dans le cadre du programme de renouvellement de la flotte de la compagnie. Selon les courtiers, la société chinoise a lancé un appel d'offres pour le Great Talent ( 76 000 tpl) construit en 2005,...

Bimco : les tankers perdent leur première place en termes d'équipement en scrubbers

Les porte-conteneurs, totalisant une capacité de 5,3 MEVP, sont désormais équipés d'un système d'épuration des gaz d'échappement, technologie qui permet de traiter les oxydes de soufre (SOx) générés par la combustion. Ils supplantent les tankers en tant que catégorie de navires ayant eu le plus recours aux scrubbers pour se conformer à la réglementation mondiale sur le soufre de l'OMI, entrée en vigueur le 1er janvier 2020.

Canal de Suez : de nouvelles incitations pour les transporteurs de véhicules

L’artère royale de la navigation maritime consent toujours plus de ristournes pour enrayer la fuite des navires à défaut de pouvoir influencer la demande de transport. Après les porte-conteneurs, les tankers et les vraquiers, ses premiers clients, elle s’adresse cette fois aux transporteurs de véhicules.

GoodBulk obtient un refinancement de 200 M$

Le propriétaire de vraquiers est parvenu à un accord avec ses banques pour un prêt de 200 M$ sur cinq ans. La société cotée à Oslo a reçu l'approbation du comité de crédit de ses banques pour un prêt de 200 M$ afin de...

Mol réduit sa flotte de 40 navires

À l’occasion de son assemblée générale annuelle le 23 juin, l’armateur nippon a acté plusieurs décisions. Le fleuron national envisage de réduire sa flotte de 40 navires, de réévaluer ses investissements et compte se concentrer sur quelques segments stratégiques. Mitsui OSK Lines s'attend à une baisse de 25 % de son activité « conteneurs » en 2020.

Pages